Qui sont les têtes de listes flamandes aux européennes ?

Le 25 mai, non plus 766 mais 751 membres du Parlement européen seront élus dans les 28 Etats membres de l’Union européenne. Les Belges éliront 21 représentants dans les collèges électoraux francophone (8), néerlandophone (12) et germanophone (1). Les têtes de listes des principaux partis flamands - Guy Verhofstadt à l’Open VLD, Marianne Thyssen au CD&V ou Bart Staes pour Groen - sont des personnalités politiques de poids, pour quatre d’entre eux déjà eurodéputés.

A la suite de la mise en conformité du nombre d’eurodéputés par rapport au Traité de Lisbonne, et compte tenu de l’adhésion de la Croatie à l’Union, la Belgique perd un siège (néerlandophone) pour la huitième législature du Parlement européen.

Elle n’aura donc plus 22, mais 21 sièges. Soit 12 parlementaires élus au collège électoral néerlandophone (dont le bureau principal se trouve à Malines), 8 au collège électoral francophone (bureau principal à Namur) et un parlementaire au collège électoral germanophone (bureau à Eupen).

Outre les Belges en âge et en droit de voter, les citoyens originaires d’un pays membre de l’Union européenne résidant en Belgique peuvent y participer à l’élection du Parlement européen et voter pour des candidats figurant sur des listes belges. Pour cela, ils devaient néanmoins avoir fait la demande d’inscription sur les listes des électeurs au plus tard le 28 février dernier.

Quatre têtes de listes flamandes déjà eurodéputés

Marianne Thyssen (57 ans), qui pour les élections européennes du 25 mai tire la liste du parti démocrate-chrétien flamand CD&V, siège déjà depuis 1991 au Parlement européen. C’est à la demande de l’actuel président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, qu’elle se présenta pour la première fois au scrutin européen en 1989, comme première suppléante. Fin 1991, elle siégeait ainsi dans l’hémicycle européen.

Elle fut réélue en 1994 et 1999. Aux européennes de 2004, Thyssen figurait à la 2e place sur la liste de son parti, derrière l’ancien Premier ministre Jean-Luc Dehaene. La même année, elle devenait vice-présidente de la fraction PPE au Parlement européen. En 2009, son score de voix de préférence montait au-dessus de 187.000.

Mais entretemps, cette juriste de formation était devenue en 2008 présidente du parti démocrate-chrétien flamand, succédant à Etienne Schouppe. Elle démissionnait de ce poste en juin 2010, à la suite de l’échec du CD&V aux élections fédérales.

Marianne Thyssen occupe cette fois la première place sur la liste européenne du CD&V, suivie par l’ancien journaliste et déjà eurodéputé Ivo Belet et l’ancien ministre fédéral Steven Vanackere. La liste est poussée par l’épouse du président du Conseil européen, Geertrui Van Rompuy - Windels.

Membre du parti écologiste flamand Groen, Bart Staes (55 ans) est député européen depuis 1999, au sein du Groupe des Verts/Alliance libre européenne. Formé comme enseignant de néerlandais, d’anglais et d’économie, il faisait d’abord partie du parti nationaliste flamand Volksunie, avant de rejoindre les Verts après l’éclatement de son parti d’origine. Il est membre du bureau du parti Groen depuis 2002.

Bart Staes est actif au sein du Parlement européen, notamment comme membre de la Délégation aux commissions de coopération parlementaire UE-Kazakhstan, UE-Kirghizistan et UE-Ouzbékistan et pour les relations avec le Tadjikistan, le Turkménistan et la Mongolie, mais aussi comme président (2002-2004) puis membre de la Délégation à la commission parlementaire de coopération UE-Russie.

Jusqu’à la fin de son mandat le 30 juin 2014, il sera vice-président de la Commission du contrôle budgétaire. Il était récemment aussi membre de la Commission spéciale sur la criminalité organisée, la corruption et le blanchiment de capitaux. Il se présente à la tête de la liste européenne de Groen.

L’ancien Premier-ministre libéral belge (1999-2008) Guy Verhofstadt (Open VLD) est député européen depuis juin 2009 et préside le groupe parlementaire Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe (ALDE) depuis cette même année. Il est également co-fondateur du Groupe Spinelli (en 2010), qui rassemble les députés européens fédéralistes parmi les diverses tendances politiques.

Ce Gantois de 61 ans, juriste de formation, est un grand défenseur d’une Europe fédérale. En 2012, il rédigea avec l’eurodéputé Daniel Cohn-Bendit le document « Debout l’Europe. Manifeste pour une révolution post-nationale en Europe ».

Guy Verhofstadt est non seulement tête de la liste européenne des libéraux flamands d’Open VLD pour le 25 mai - une liste sur laquelle figurent aussi l’ancienne ministre Annemie Neyts et l’actuel commissaire européen au Commerce Karel De Gucht -, mais aussi le candidat officiel de l’ALDE pour la succession au président de la Commission européenne José Manuel Barroso. En 2004, Verhofstadt était déjà l’un des favoris à la présidence de la Commission européen, soutenu notamment par le Président français Jacques Chirac et le Chancelier allemand Gerhard Schröder. Mais il s’était heurté à un refus britannique.

La socialiste flamande Kathleen Van Brempt (SP.A) est la quatrième des têtes de listes européennes des partis flamands qui siègent déjà au Parlement européen. Cette sociologue de 44 ans est députée européenne depuis les élections de 2009, au sein du Groupe de l’Alliance progressiste des Socialistes et Démocrates.

Elle avait déjà été députée européenne entre 2000 et 2003, avant d’être nommée Secrétaire d’Etat au gouvernement fédéral (2003-2004), puis ministre de la Mobilité et de l’Economie sociale au gouvernement flamand (2004-2009). Au Parlement européen, elle est actuellement membre de la Commission de l’industrie, de la recherche et de l’énergie, mais aussi de la délégation pour les relations avec l’Iran.

Trois nouvelles têtes de listes européennes

Les têtes des listes européennes de la N-VA, du Vlaams Belang et du PVDA ne sont pas des inconnus, mais ne siègent pas actuellement au Parlement européen.

En novembre 2013, le journaliste flamand Johan Van Overtveldt annonçait le début de sa carrière politique, au sein de la N-VA. Le parti nationaliste flamand lui avait promis un rôle de premier plan aux élections du 25 mai. Il se présente aujourd’hui à la première place de la liste européenne de la N-VA - que pousse un autre nouveau-venu en politique, l’ancien administrateur de la SNCB Logistics, Marc Descheemaecker.

Docteur en Sciences économiques appliquées, Van Overtveldt (59 ans) avait commencé sa carrière de journaliste en 1978 à l’hebdomadaire Trends. Après un passage par le monde des affaires, notamment, il assurait à nouveau la rédaction en chef du magazine Trends au moment où il démissionna en novembre dernier pour entrer en politique. Il enseigne la macro-économie et est l’auteur d’un livre sur "La fin de l’euro".

Le parti d’extrême-droite Vlaams Belang a confié à son président Gerolf Annemans la tête de sa liste européenne. L’anversois de 55 ans est membre depuis 1985 du parti né sous le nom de Vlaams Blok. Depuis 1987, Annemans est chef de groupe au Parlement.

Le Vlaams Belang a fait son entrée au Parlement européen en 1989, à l’époque avec un siège. En 2004, il y obtenait 3 sièges. Aux élections de 2009, il remportait 2 sièges au Parlement européen, occupés par Philip Claeys et Frank Vanhecke. Ce dernier a cependant abandonné ses mandats en septembre 2010, à la suite de tensions avec la tête du parti flamand d’extrême-droite.

Le Partij van de Arbeid van België (PVDA+) - l’aile flamande du Parti du travail de Belgique (PTB) - présente également une liste pour les élections européennes, tirée par Tim Joye (photo, à g.). Originaire de Menin (Flandre occidentale) et âgé de 24 ans, il termine ses études de médecine. Depuis 8 ans, il est membre du PVDA et de son mouvement de jeunes, Comac. Il est engagé dans la lutte contre le racisme et les problèmes du Tiers monde.
Tim Joye est la plus jeune tête de liste des partis flamands pour ces élections du 25 mai. Le PVDA+ n’a actuellement pas de député au Parlement européen.

Comment voter pour votre candidat à la présidence de la Commission?

La question mérite d'être posée, car en fait, vous ne pouvez pas directement offrir votre voix au candidat de votre choix. 

La RTBF nous explique pourquoi