"Les Flamands ont choisi le changement"

Comme à son habitude, le président de la N-VA Bart De Wever a fait usage d’une formule latine pour s’adresser à ses militants. "Vicit vim virtus" (Le courage l'a emporté contre la violence) a-t-il declaré, ne cachant pas sa satisfaction face aux résultats de son parti. "La N-VA prendra rapidement l’initiative pour trouver des partenaires de coalition", a-t-il fait savoir, soulignant que son parti comptait mener les négociations en Flandre et au fédéral.

"Les Flamands ont choisi, et ils ont choisi le changement ", a constaté Bart De Wever. "Un Flamand sur trois a donné sa confiance à la N-VA. Nous avons entre nos mains un mandat démocratique fort. Et nous avons donc désormais une lourde responsabilité démocratique".

Le président de la N-VA a annoncé qu’il comptait rapidement consulter les autres partis en vue de former la prochaine coalition flamande. "Nous devons avant tout chercher des partenaires. Nous allons prendre contact au plus vite afin de les trouver. Nous voulons nous assoir autour de la table au plus vite, afin d’obtenir une coalition forte pour la Flandre".

Bart De Wever a également exprimé sa volonté de prendre l’initiative au niveau fédéral. "Nous devons assurer les intérêts de la Flandre au niveau fédéral également. Car soyons honnêtes, la situation fédérale est devenue encore plus compliquée. Le verdict de la démocratie flamande et de la démocratie francophone n’avait jamais été aussi opposé", a-t-il ajouté, soulignant que son parti ne voulait pas d’une longue crise politique.

Le chef des nationalistes flamands s’est enfin réjouit des résultats du scrutin national et flamand. "Je sais que vous êtes nombreux à avoir tremblé ces deux dernières semaines. Mais nous l’avons fait les amis : nous sommes devenus avec brio le plus grand parti du pays. Nous écrivons l’histoire ce soir. L’histoire d’une Flandre qui marche droit, une Flandre qui choisit consciemment son avenir", a-t-il conclut, en remerciant une dernière fois ses partisans.

Sollicité par de nombreux journalistes, Bart De Wever a refusé toute déclaration. Il a toutefois souligné que la formation d’un gouvernement flamand constituait une priorité pour son parti, sans vouloir pour l’instant favoriser l’une ou l’autre combinaison.