La Belgique contrôle ses frontières pour la première fois en 20 ans

Une surveillance frontalière a été mise en place dans l'optique du sommet du G7 à Bruxelles, ce qui constitue une première depuis l'instauration de la zone Schengen il y a un peu moins de vingt ans, rapportent Het Belang van Limburg, De Standaard et Het Nieuwsblad mardi.

Les mesures de sécurité pour le sommet de mercredi à Bruxelles sont semblables à celles qui avaient été prises en mars pour la visite du président américain Barack Obama.

Vu la présence d'autres chefs d'Etats et de gouvernements, une disposition supplémentaire a toutefois été prise, à savoir une surveillance frontalière. Cela constitue une première depuis l'entrée en vigueur de la convention de Schengen en 1995. Des contrôles pourront ainsi être menés aux frontières terrestres avec la France, l’Allemagne, le Luxembourg et les Pays-Bas. Les aéroports et les ports du pays seront également sous contrôle policier et douanier jusqu’au 6 juin prochain.

"Il ne s'agira pas de contrôles systématiques", explique Peter Mertens, du Centre de crise du SPF Intérieur. "Il s'agit d'abord d'un moyen légal de conserver des perturbateurs potentiels en dehors de la zone Schengen. Les contrôles ne seront effectués que sur base des informations de la police et des services de sécurité."