Belgocontrol a modifié le plan de survol de Bruxelles

A la fin du mois de mai, l’entreprise publique autonome chargée d’assurer la sécurité du trafic dans l’espace aérien dont la Belgique est responsable a apporté en toute discrétion des modifications au plan de survol de la capitale élaboré par le Secrétaire d’Etat à la Mobilité sortant, Melchior Wathelet. Plusieurs quotidiens précisent que moins d’avions survolent ainsi les communes de Schaerbeek et d’Etterbeek. Belgocontrol souligne qu’il ne s’agit pas d’une nouvelle route aérienne, mais d’une amélioration de la route existante.

Depuis le 29 mai, le virage à gauche des avions au départ de l’aéroport de Zaventem a été resserré, ce qui permet désormais d'épargner le quartier européen ainsi que des quartiers des communes d'Etterbeek et de Schaerbeek.

La proposition de Belgocontrol a été validée par la Direction générale du transport aérien (DGTA)."On s'est rendu compte que le virage du 6 février n'était pas bien respecté, à cause de l'imprécision de certains ordinateurs à bord des avions. Belgocontrol a proposé de mieux le redéfinir", explique-t-on au cabinet du Secrétaire d’Etat à la Mobilité sortant, Melchior Wathelet.

Le mouvement de protestation "Pas Question" dénonce des instructions données en toute discrétion par le Secrétaire d'Etat sortant. "On ne peut que s'indigner de cette modification qui, une fois de plus, s'est faite dans l'opacité totale et de manière unilatérale", a réagi le mouvement.

"Opacité inqualifiable"

La modification en douce du "mauvais plan" de dispersion du trafic aérien au-dessus de Bruxelles met une fois de plus des dizaines de milliers de Bruxellois dans une opacité outrageuse, a dénoncé de son côté le chef de file bruxellois des FDF Didier Gosuin (photo), jugeant "inqualifiable" cette manière d'agir qu'il attribue au Secrétaire d'Etat fédéral Melchior Wathelet.

"Wathelet, en catimini, a modifié son mauvais plan sans se soucier des promesses de son propre parti. Il y a quelques jours encore, tout le monde promettait de la transparence, de la collaboration et un moratoire sur ce plan de survol abusif des zones les plus densément peuplées. Quelques jours à peine après les élections, Melchior Wathelet modifie son plan pour épargner certains quartiers et en survoler davantage d'autres", a fait observer Didier Gosuin.

Selon lui, il y a une véritable volonté de rétention d'information et en conséquence des milliers de Bruxellois sont encore plus survolés qu'avant. Le député-bourgmestre d'Auderghem a demandé à l'Institut bruxellois pour la gestion de l’environnement (IBGE) d'adapter son réseau de sonomètres à la nouvelle route, voire de l'étendre pour couvrir l'ensemble des zones "abusivement survolées".
Gosuin a par ailleurs annoncé qu'il réunirait les bourgmestres concernés par ce nouveau changement pour qu'ensemble ils puissent évaluer les actions à mener pour lutter contre cette nouvelle décision prise sans concertation et qui pénalise lourdement des quartiers d'Auderghem, de Watermael-Boitsfort, de Woluwe-Saint-Pierre et de Woluwe-Saint-Lambert, selon lui.

"Enfin, je demande aux partis de l'actuel gouvernement fédéral de mettre en œuvre leurs promesses électorales en suspendant ce plan de survol le temps de trouver, en concertation avec tous les acteurs concernés, une solution à long terme", a-t-il conclu.