Obama rencontre le roi Philippe et Di Rupo

A l’occasion de sa participation en Belgique au G7, le président américain Barack Obama a été reçu mercredi soir au palais royal de Bruxelles par le souverain Philippe et le Premier ministre sortant Elio Di Rupo (PS). Ce dernier a affirmé que la Belgique est un allié fiable et "le restera", notamment dans le cadre de l’Otan.

Le président américain a été reçu mercredi en début de soirée par le roi Philippe et le chef du gouvernement fédéral Elio Di Rupo au palais royal à Bruxelles, quelques heures après son arrivée en Belgique depuis la Pologne. A l'occasion de sa seconde visite en Belgique en trois mois, Barack Obama participe à un sommet du G7 dominé par la crise ukrainienne.

"Nous avons toujours été des alliés fiables (au sein de l'Otan et des Nations Unies) et nous le resterons", a affirmé Elio Di Rupo (photo), cité par son entourage.

L'entretien au palais a également porté sur la situation en Ukraine après l'élection présidentielle du 25 mai, qui a conduit à la désignation de Petro Porochenko comme nouveau chef de l'Etat dès le premier tour. Porochenko a annoncé son intention de présenter samedi un plan de paix pour résoudre la crise entre l'Ukraine et la Russie, née de l'annexion de la péninsule de Crimée par Moscou.

Elio Di Rupo a indiqué que la Belgique suivait "de très près" la situation en Ukraine par le biais de l'Union européenne et de l'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE). Qualifiant l'élection présidentielle de "succès" et d'"étape importante sur la voie d'une Ukraine démocratique et inclusive", le Premier ministre sortant a souligné que l'établissement de contacts directs entre Petro Porochenko et son homologue russe Vladimir Poutine était désormais une "priorité".

Di Rupo a également abordé la situation en Syrie et la coopération dans la lutte contre le terrorisme, ainsi que l'attentat du 24 mai contre le Musée Juif de Bruxelles. Le Premier ministre a expliqué que la Belgique avait accru son aide en faveur des réfugiés syriens dans leur propre pays et dans les pays voisins, pour atteindre 8,3 millions d'euros en 2013 et 5,479 millions promis à ce jour pour cette année. Il a réaffirmé la préoccupation du gouvernement belge face à la menace que représentent à leur retour en Europe les djihadistes partant combattre en Syrie. Il a aussi plaidé pour un meilleur échange d'informations et pour une coopération accrue entre les services de renseignement.

Évoquant l'attentat commis au Musée Juif de Bruxelles, qui a fait trois morts et un blessé grave le 24 mai, Elio Di Rupo a rappelé que les autorités avaient immédiatement renforcé les mesures de protection de la communauté juive dans tout le pays. "Nous avons demandé (à la France) l'extradition de l'auteur présumé", le Français Mehdi Nemmouche Di Rupo a également dit au président Obama que la Belgique avait été l'un des premiers pays à introduire des législations spécifiques réprimant la négation de la Shoah (le génocide des Juifs par le régime nazi allemand), la discrimination et le racisme, a précisé son porte-parole.