"Tout faire pour dédommager des dégâts de la tempête"

Le ministre-président flamand démissionnaire (photo) veut tout mettre en œuvre pour dédommager les agriculteurs des dégâts causés par les intempéries et la grêle dans les champs autour de Wingene, en Flandre occidentale. Kris Peeters s’est rendu ce lundi dans la localité lourdement touchée par les orages ce week-end. Il y était accompagné par la ministre flamande de l’Environnement sortante, Hilde Crevits, par le gouverneur de la province Carl Decaluwé et par Piet Vanthemsche, président du syndicat des agriculteurs Boerenbond. Ils ont mesuré les dégâts causés à des habitations particulières, des entreprises et des exploitations agricoles.

"Je voulais constater personnellement les dégâts causés par les averses de grêle et voir si ces dernières peuvent être reconnues comme catastrophe naturelle, pour les agriculteurs et les particuliers", expliquait ce lundi matin le ministre-président flamand sortant, Kris Peeters (CD&V). "En tous cas, toutes les procédures doivent être suivies. Nous allons les lancer et adapter aussi rapidement que possible".

Dès le 1er juillet prochain, les catastrophes naturelles deviendront du ressort des Régions et ce sera donc notamment au gouvernement flamand à prendre les mesures nécessaires en la matière. Kris Peeters espère que le dédommagement de dégâts pourra se faire plus rapidement et efficacement une fois la compétence transférée aux Régions.

Le ministre-président sortant a cependant signalé que les dégâts causés par la grêle aux véhicules ne pourront pas être remboursés, à moins que les propriétaires ne disposent d’une assurance omnium. Pour les agriculteurs également, les dégâts causés par la grêle ne sont actuellement pas encore remboursés. Mais on pourrait se baser sur le précédent de la tempête qui s’est abattue sur le festival Pukkelpop à l’été 2011 pour dédommager les agriculteurs.

Le président du syndicat Boerenbond, Piet Vanthemsche (photo), a encouragé les agriculteurs à recenser très minutieusement les dégâts sur leurs propriétés et à préparer un bon dossier. "Il ne faut pas seulement viser le Fonds des calamités ou le Fonds pour l’agriculture. Les fermiers touchés doivent tout d’abord réaliser un dossier correct et complet".

A Wingene, quelque 150 agriculteurs, mais aussi 200 entreprises ont subi des dégâts à la suite des intempéries. Environ 2.000 dossiers auraient été signalés. Le ministre-président Peeters a tenu à féliciter les services de secours pour leur travail.