Les oiseaux fortement touchés par les orages en Flandre

A Lokeren (Flandre orientale), une famille de cigognes a perdu sa maman pendant les intempéries survenues dans la nuit de samedi à dimanche. Les oisillons risquant d’être abandonnés par leur papa, les habitants s’organisent pour leur préparer de la nourriture, racontent les quotidiens De Standaard et Het Nieuwsblad.

La grêle qui est tombée pendant le week-end prolongé de la Pentecôte n’a pas seulement endommagé des voitures et des habitations en de nombreux endroits de Belgique, elle a aussi durement touché la population aviaire en Flandre. Nombre d’oiseaux ont été blessés ou ont vu leur habitat détruit par les orages.

Les postes téléphoniques de l'association de protection des oiseaux en Flandre « Vogelbescherming Vlaanderen » ont d’ailleurs chauffé le week-end dernier. Les refuges et centres de revalidation ont également été sollicités, notamment à Lokeren (Flandre orientale) pour des cigognes en couvaison et une trentaine de mouettes rieuses, qui n’ont certainement pas apprécié d'être délocalisées du toit plat d'une entreprise locale vers un refuge de Merelbeke (Flandre orientale).

"Les centres d'accueil de Merelbeke et Kieldrecht ont reçu de nombreuses victimes ces derniers jours, essentiellement en provenance du Pays de Waes, où les orages ont été très violents", a indiqué Jan Rodts, directeur de Vogelbescherming Vlaanderen. "Il s'agit notamment de canards, mouettes, pigeons, merles, d'avocettes, de cygnes et piverts. Ils ont été soignés pour des ailes ou des pattes cassées et des plaies ouvertes."

Vogelbescherming Vlaanderen appelle les citoyens à laisser les oiseaux retrouver leur sérénité après ces intempéries, en postposant les travaux d'élagage dans les jardins, pour permettre une nouvelle nidification.

Solidarité pour une famille de cigognes

La maman cigogne est décédée dans la nuit de samedi à dimanche, alors qu’elle protégeait ses petits sous ses ailes contre les intempéries violentes en Flandre orientale. Le papa doit maintenant s’occuper seul de ses oisillons, mais il pourrait quitter le nid et y abandonner ses petits.

"Cela arrive assez souvent lorsqu’un des oiseaux adultes meurt", explique Jan Rodts de l’association Vogelbescherming Vlaanderen. "L’autre adulte comprend qu’il ne peut arriver à s’occuper seul des oisillons. Le mâle est aussi réellement en deuil. Il fait de petits bruits de cliquetis et reste dans le nid, abattu. C’est logique, car les cigognes se sont fidèles pour la vie".

Pour aider le mâle à s’occuper de ses petits, les habitants de Lokeren lui amènent de la nourriture - des souris et des poussins morts. Une fête est prévue samedi en l’honneur des oisillons et ils recevront un anneau à la patte.

Le bourgmestre de Lokeren, Filip Anthuenis (photo), souligne que les cigognes ont réuni involontairement les habitants de la ville, créant un sentiment de communauté "Les gens parlent des cigognes, surtout sur Facebook. Chaque habitant de Lokeren espère qu’elles vont bien s’en sortir".