Peeters et Bourgeois entament 2 jours de consultations

Le ministre-président flamand Kris Peeters (CD&V, photo) et le ministre flamand Geert Bourgeois (N-VA), démissionnaires, qui dirigent les négociations pour la formation du gouvernement régional flamand, rencontreront notamment les syndicats et les organisations patronales. Ces dernières sont attendues en premier et devraient recevoir un quart d’heure d’entretien supplémentaire. Selon Peeters, cela ne cache rien. "Si les syndicats veulent parler une demi-heure supplémentaire, cela ne posera pas de problème".

Les négociateurs du CD&V et de la N-VA rencontreront ces jeudi et vendredi, notamment, le réseau d’entreprises flamand VOKA, l’Union des entrepreneurs indépendants Unizo, les trois grands syndicats, des représentants des différents réseaux d’enseignement et les organisations environnementales.

Il s’agit pour l’instant des seuls entretiens programmés, mais les négociations reprendront dès la semaine prochaine, en toute discrétion et en groupes de travail.

Geert Bourgeois (photo), qui mène les négociations au nom des nationalistes de la N-VA, estime que ces deux jours de consultations sont essentielles. "Nous allons parler à des représentants de ce que j’appelle ‘la Flandre vivante’", explique le ministre sortant. "Des organisations environnementales, l’enseignement. Nous connaissons leurs revendications, mais il est bon d’entendre ce qu’ils considèrent comme particulièrement important".

Geert Bourgeois précise également que le temps de parole plus long accordé aux organisations patronales est un hasard. "Certains entretiens vont peut-être durer plus longtemps".