"La Flandre ne doit pas se replier sur elle-même"

Le ministre-président flamand sortant, Kris Peeters (CD&V) a prononcé jeudi soir à Courtrai (Flandre occidentale) son traditionnel discours à l’occasion de la fête de la Communauté flamande qui a lieu ce vendredi 11 juillet. A cette occasion, il a dressé un portrait positif de la Région.

Kris Peeters a débuté son discours en faisant référence à la bataille des Eperons d’or qui a eu lieu il y 712 ans près de Courtrai, mais aussi à la Première Guerre Mondiale qui a débuté il y a tout juste cent ans. Chaque fois avec le même enjeu : "la liberté". "La liberté de décider soi-même, de choisir soi-même la langue que l'on parle, de décider sa propre autodétermination".

"Aujourd’hui l’autonomie flamande est plus grande que ce que l’on aurait rêvé il y a 700 ou 100 ans" a ajouté Kris Peeters. "C’est la raison pour laquelle le 11 juillet doit être la fête de la dynamique flamande".

Il faisait allusion aux nouvelles compétences transférées aux entités fédérées suite à la sixième réforme de l’Etat.

"La Flandre autonome doit être meilleure, plus chaleureuse et prospère" a averti Peeters. "Une Flandre autonome n'est pas une Flandre qui se replie sur elle-même, ce serait une terrible erreur à l'heure où le monde est toujours plus international. Au contraire, elle doit être pionnière. Nous avons notre capitale que nous ne laisserons jamais tomber. Nous avons nos représentants culturels et académiques qui vont à la conquête du monde. Nous avons des entrepreneurs innovateurs qui assurent l'avenir de notre économie", a-t-il ajouté.

"Là où c’est possible le pouvoir public flamand doit être plus mince afin de laisser aux gens, aux entreprises et aux entrepreneurs la liberté de faire leur propre choix".

"Nous avons confiance en l’avenir parce que nous disposons des compétences afin de réaliser nos propres choix" a conclu Kris Peeters.