"Nous devons montrer que nous pouvons faire plus et mieux"

Dans son discours vendredi à Bruxelles, à l'occasion de la fête de la Communauté flamande, le président ad intérim du parlement flamand, Jan Peumans (N-VA), a estimé qu’il fallait aller plus loin que la sixième réforme de l’Etat. Il a ajouté que la Flandre pouvait "faire plus et mieux".

"La lutte contre la pauvreté devrait être la priorité du prochain gouvernement flamand. Une société qui se respecte doit lutter contre la pauvreté. Comment la Flandre peut-elle remplir ses nouvelles attributions sans que des citoyens ne soient exclus, sans que la pauvreté n’augmente".

Pour Jan Peumans l’emploi est le principal levier dans la lutte contre la pauvreté.

"Nous devons faire davantage que la poursuite de la même politique. Nous devons faire preuve d’ambition et montrer que nous pouvons faire plus mais surtout que nous pouvons faire mieux."

"La Flandre est devenue une nation, un processus qui n'est pas encore arrivé à son terme", a-t-il estimé, soulignant par ailleurs que la Flandre ne devait pas vivre "sur une île" mais être "consciente du monde qui l'entoure".

Et de dresser un lien entre la paix et plusieurs mouvements régionalistes européens.

"Vous ne l'avez peut-être pas encore remarqué, mais partout en Europe, ce sont les régions qui souvent portent une symbolique de paix bien plus forte que les Etats-nations: les forces régionalistes en Ecosse veulent carrément expulser les sous-marins nucléaires britanniques des ports écossais, les Basques ont porté un puissant message de paix dans leur capitale symbolique Guernica et la gouvernance régionale en Irlande du nord est un projet de paix en soi.

En Flandre aussi, 'Plus jamais de guerre' a été le crédo vers plus d'autonomie", a-t-il déclaré.