Un handicapé mental enfermé trois jours à la prison de Forest

Un homme de 29 ans ayant l'âge mental d'un enfant de six ans a été enfermé ces trois derniers jours à la prison de Forest, parce qu'il n'avait pas respecté, stricto sensu, les conditions que la Commission de défense sociale de Gand lui avait imposées.

L'homme est "en minorité prolongée", ce qui le rend toujours mineur aux yeux de la loi. Après un incident avec une fillette de huit ans l'an dernier, on lui avait imposé une série de conditions, dont l'interdiction d'avoir des contacts avec des mineurs.

La police s'est présentée chez lui mercredi après une session de chat sur Facebook avec un garçon issu de l'enseignement spécial. Ils ne se seraient rien dit de spécial, mais l'homme a par cette discussion violé ses conditions.

Le président de la Commission de défense sociale de Gand Henri Heimans parle d'une "action exagérée". "Le garçon s'en sort bien, d'après la maison de justice qui le suit. Et puis ils l'enferment à Forest, où les conditions de vie sont inhumaine."

Après l'intervention d'Henri Heimans, l'homme a été libéré.

Ses parents ont témoigné, de manière anonyme, au journal télévisé de la VRT, samedi: "C'était très dur pour lui, Il pleurait tous les jours. Il n'était pas à sa place en prison. Cela ne peut plus se reproduire. On ne peut pas enfermer quelqu'un comme lui entre quatre murs, sans rien faire. Il a besoin d'une structure et d'activités".