Fermeture inattendue du réacteur Doel 4

Le quatrième réacteur de la centrale nucléaire de Doel, en Flandre orientale, est à l’arrêt depuis ce mardi matin. La raison de cette fermeture inattendue est une perte d'huile de la turbine à vapeur dans la partie non-nucléaire de la centrale, a indiqué Electrabel.

C'est la société GDF Suez qui a annoncé la nouvelle sur son site internet: le réacteur nucléaire Doel 4 a été mis à l'arrêt "de manière inattendue" ce mardi matin. Electrabel, qui gère la centrale, a fourni des informations supplémentaires en fin d'après-midi sur cet arrêt automatique du réacteur.

C'est une perte d'huile de la turbine à vapeur qui a mis la centrale à l'arrêt automatiquement, "de manière totalement sécurisée, suivant les procédures prévues", indique Electrabel.

Les collaborateurs du fournisseur belge d'électricité sont en train d'analyser les causes du problème, avant de vérifier si le réacteur peut être remis en route en toute sécurité. "Le planning de redémarrage sera confirmé dans les prochains jours".

Selon Electrabel, la fermeture de Doel 4 ne met pas en danger la santé des collaborateurs de l'entreprise ni des riverains, ni l’approvisionnement en électricité dans le pays. Le soleil estival et les départs en vacances de nombreux foyers réduisent en effet nettement la demande en énergie.

Déjà trois réacteurs à l’arrêt

Le quatrième réacteur de Doel a été construit en 1985 et possède une capacité supérieure à 1.000 MW. Il devrait normalement rester en service jusqu’en 2025.

Les autres réacteurs de Doel ne sont plus au meilleur de leur rentabilité. Doel 1 et Doel 2 devraient en effet être fermés définitivement en 2015, après 40 ans de service. Le réacteur de Doel 3 est quant à lui micro-fissuré et mis à l’arrêt depuis la fin du mois de mars.

Le réacteur de Tihange 2, en province de Liège (photo), connait le même sort. Certains résultats de tests menés sur ces deux réacteurs micro-fissurés ont en effet été jugés non conformes.