MH17 : deuxième victime belge identifiée

Près d’un mois après le crash du vol MH17 de Malaysia Airlines à l’est de l’Ukraine, le 17 juillet, une deuxième des six victimes belges a pu être identifiée aux Pays-Bas. L’information obtenue par la VRT a été confirmée par l’équipe d’identification des victimes (DVI) de la police fédérale.
AP2014

"Tout comme lors de l’identification de la première victime belge", en début de semaine, "nous ne donnerons pas de détails sur l’identité de la deuxième victime, précisait ce vendredi matin la police fédérale. Par respect pour les proches de la victime.

Il y avait six Belges à bord du vol MH17: un garçon de 12 ans originaire de Brasschaat, son père (et sa mère néerlandaise), une Belgo-Australienne qui vivait en Australie, un homme de Wetteren, un homme de Berchem et une femme de Groningen avec la double nationalité belgo-néerlandaise.

Entretemps, les experts néerlandais en médecine légale ont identifié un total de 127 victimes du crash du vol MH17, et communiqué 20 nouveaux noms aux familles, a annoncé jeudi soir la chaîne de télévision néerlandaise NOS. Parmi les vingt nouvelles victimes identifiées, figurent 15 Néerlandais. Les nationalités des autres victimes n'avaient pas été communiquées, indiquait la chaîne nationale néerlandaise sur son site internet. La VRT a entretemps obtenu la confirmation qu’une des victimes belges figure au nombre des nouvelles identifications.

Les recherches des dépouilles des victimes sur le site de la catastrophe, dans l'est de l'Ukraine, menées par des équipes d'enquêteurs néerlandais, australiens et malaisiens, avaient été suspendues il y a une semaine en raison des combats entre les forces ukrainiennes et les séparatistes prorusses. Le gouvernement néerlandais espère toutefois que les équipes d'enquêteurs pourront retourner sur les lieux à la faveur d'une amélioration de la situation.

Le Boeing de Malaysia Airlines assurant la liaison entre Amsterdam et Kuala Lumpur avait été désintégré en vol le 17 juillet, vraisemblablement abattu par un missile pendant qu'il survolait l’est de l'Ukraine. Il transportait 298 personnes à son bord, dont 193 Néerlandais.

Les Occidentaux soupçonnent des séparatistes prorusses d'avoir lancé le missile ayant abattu l'avion, alors que Moscou et les séparatistes en rejettent la responsabilité sur Kiev. Les experts néerlandais enquêtant sur les causes de la catastrophe ont indiqué lundi qu'ils espéraient produire un rapport préliminaire dans "quelques semaines". Des responsables de la justice ont indiqué que des dizaines d'experts et quelque 200 enquêteurs travaillaient sur l'enquête criminelle sur le crash.