Ce qui change ce 1er septembre

A partir d’aujourd’hui, tous les litiges familiaux doivent être réglés par un seul et même tribunal, le tribunal de la famille. Les aspirateurs reçoivent un nouveau label énergétique. Les femmes musulmanes flamandes ont leur propre magazine féminin. Enfin, le Motilium et le Touristil sont retirés de la vente.

A partir de ce 1er septembre, c’est le Tribunal de la famille qui va régler les litiges familiaux.

Jusqu’à présent 3 juridictions intervenaient lors d’un conflit familial en fonction du type de litige: la justice de paix, le tribunal de première instance et le tribunal de la jeunesse.

Dorénavant, tous les litiges familiaux seront réglés par un seul et même tribunal mais aussi par un même juge qui pourra donc suivre toute l’histoire de la famille dans un dossier unique.

Les aspirateurs de plus de 1.600 watts interdits en Europe

Les aspirateurs dont la puissance dépasse les 1.600 watts sont désormais interdits à la vente en Europe, selon une nouvelle directive de la Commission européenne sur la consommation d’énergie de ces appareils, qui recevront également un nouveau label. En effet, les appareils plus puissants seraient plus énergivores, ce qui se répercuterait tant sur la facture des acheteurs que sur l’environnement, selon la Commission.

Aya Lifestyle, un nouveau magazine féminin pour les musulmanes

À partir du 1er septembre, les musulmanes flamandes et néerlandaises auront leur propre magazine. Intitulé AYA Lifestyle , celui-ci abordera les mêmes thèmes que les autres revues féminines mais mettra davantage l'accent sur des sujets philosophiques, en accord avec leurs croyances et leurs intérêts. Cette nouvelle revue souhaite également faire découvrir "le monde musulman contemporain" aux autres femmes. Le magazine sera publié quatre fois par an. L'abonnement annuel coûtera 11 euros.

Le Motilium et le Touristil retirés de la vente

Les suppositoires Motilium 60 mg et les tablettes de Touristil seront retirés de la vente à partir du 1er septembre après une décision prise par la Commission européenne le 14 juillet dernier. Ces médicaments contiennent de la dompéridone, substance autour de laquelle planent trop d’incertitudes, a estimé la Commission, dont des effets indésirables cardiaques.