Kris Peeters a appelé Jean-Claude Juncker

Le CD&V soutient toujours la candidature de Marianne Thyssen au poste de commissaire européen, mais cela ne signifie pas que le parti démocrate-chrétien flamand abandonne la candidature de Kris Peeters en tant que Premier ministre fédéral. "Il n’est pas question d’abandonner un poste pour un autre," déclare-t-on au CD&V.

Le MR a clairement mis le CD&V face à un choix : le poste de commissaire pour Marianne Thyssen ou celui de Premier ministre pour Kris Peeters. Le CD&V aurait selon le quotidien La Libre Belgique renoncé au poste de Premier ministre et l’aurait proposé à Charles Michel.

Or toute la journée de mercredi des informations donnaient le nom du vice-premier ministre sortant MR Didier Reynders comme candidat au poste de Commissaire européen, car ce n’est un secret pour personne que Charles Michel et Didier Reynders ne s’entendent pas.

Dans le courant de l’après-midi le CD&V a déclaré qu’il soutenait toujours la candidature de Marianne Thyssen et que cela ne signifiait pas qu’il renonçait au poste de Premier ministre pour Kris Peeters.

Le coformateur Kris Peeters a eu mardi un entretien téléphonique avec le futur président de la Commission Jean-Claude Juncker à qui il a confirmé que le nom du représentant belge dans le exécutif européen serait connu au plus tard jeudi matin.

Il n'y a donc toujours pas d'accord. "Nous communiquerons en cas d'accord", a indiqué mercredi Kris Peeters.

"J'ai eu Jean-Claude Juncker en ligne hier et je lui ai demandé s'il était possible qu'il attende jusque demain matin pour le candidat belge", a dit Kris Peeters.

Le choix du futur commissaire anime quelque peu les discussions sur la formation du gouvernement fédéral alors que les négociateurs mettent la dernière main au cadre budgétaire qui définira les politiques de la coalition de centre-droit.

Mardi, Kris Peeters avait indiqué qu'il faudrait attendre jeudi pour voir si la coalition dite suédoise serait "viable".

Il n'est pas encore possible de se déterminer à ce stade, a persisté mercredi Kris Peeters promettant de tout faire pour trouver une solution tant dans la négociation budgétaire que pour le choix du futur commissaire.

Des menaces de mort et une balle de revolver adressées à Charles Michel

Le président du MR et co-formateur royal, Charles Michel, a reçu mercredi des menaces de mort dans une lettre reçue au siège bruxellois du parti
Le MR envisage de déposer plainte.

La police fédérale est venue saisir la lettre au siège du parti, situé avenue de la Toison d'or à Bruxelles.

Selon Sudpresse, "c'est la personne de Charles Michel en tant que formateur du prochain gouvernement fédéral qui est visée dans ce courrier".

Les menaces sont émises de manière très précise et sont à caractère à la fois politique et personnel, précise pour sa part le quotidien 'L'Echo' sur son site internet.