"Supprimons la mixité dans l’enseignement technique"

"Séparer les garçons et les filles dans les écoles techniques", c’est ce que propose Marc Lambotte, le nouveau CEO de la fédération de l’industrie technologique Agoria, dans une lettre ouverte publiée dans le quotidien De Morgen. D'après lui, la présence dominante des garçons dans certaines branches de l'enseignement technique et professionnel dissuade de nombreuses filles de suivre ces filières.

"Lorsque la mixité de l’enseignement devient un frein dans le choix de l'orientation professionnelle, alors il vaut mieux réexaminer les avantages et les inconvénients de cet enseignement où se côtoient garçons et filles".

La proportion de filles dans les écoles techniques, en Flandre est très faible: moins de 5% des élèves de l’enseignement TSO (technique) et BSO (professionnel) sont des filles.

Cependant, selon Marc Lambotte, "ce n’est pas tant une différence de capacité. Les garçons n’ont pas plus de talent que les filles en matières techniques," ajoute Marc Lambotte.

Ce préjugé occulte d’autres raisons pour lesquelles les filles ne s’inscrivent pas dans les écoles techniques.

Le patron d’Agoria est persuadé que ce qui freine les jeunes filles à entreprendre des études techniques mixtes c’est que ces écoles sont essentiellement fréquentées par des garçons.

"Les jeunes filles redoutent d’être confrontées à une communauté scolaire qu’elles perçoivent comme un environnement uniquement masculin, où des garçons en pleine puberté se livrent parfois à toutes sortes de violences. Un environnement où leur sécurité ne serait pas garantie".

Marc Lambotte estime donc qu’un enseignement technique non-mixte est susceptible d’attirer davantage de jeunes filles.

Le CEO d’Agoria a rédigé sa lettre ouverte en réponse à un courrier d’une jeune fille de 13 ans qui lui avait déclaré ne pas oser entamer de formation technique. "Je pense que de nombreuses jeunes filles sont dans mon cas : elles n’osent pas aller dans une école technique qui est typiquement masculine" avait-elle écrit.

Marc Lambotte estime par conséquent qu’il faudrait faire une exception dans la mixité pour un groupe spécifique de jeunes filles.

"Nous devons essayer de garantir la sécurité de ces jeunes filles et d'augmenter leur sentiment de sécurité. Mais si cela ne marche pas, alors nous devons oser nous demander s’il ne faut pas leur donner la chance de choisir le métier dont elles rêvent et de l’apprendre dans un environnement uniquement féminin".

La prise de position de Marc Lambotte a suscité de nombreuses réactions, la parlementaire Freya Van den Bossche (SP.A) a estimé sur Twitter que "séparer les filles des garçons dans les écoles pour leur propre bien était quand même dépassé en 2014".

Agoria est la plus grosse fédération sectorielle en Belgique. Elle rassemble 1.700 entreprises actives dans des secteurs aussi divers que l’automobile, la métallurgie, les TIC ou encore l’industrie aéronautique.