L'évêque d'Anvers appelle l'Eglise à plus de respect envers les homosexuels

Dans une lettre adressée au Vatican, l'évêque d'Anvers Johan Bonny a appelé l'Eglise à adopter une attitude plus ouverte à l'égard de l'homosexualité, de la fécondation in-vitro et des divorcés remariés. C’est ce que rapportent les quotidiens De Morgen et De Standaard.

Le langage employé par l'Eglise catholique lorsqu'il s'agit d'amour, de sexualité et de relations est blessant et doit changer, écrit Johan Bonny, 59 ans, dans cette lettre envoyée au Vatican à moins d'un mois du synode très attendu sur la famille, qui se tiendra à Rome du 5 au 19 octobre.

Pour l'évêque d'Anvers, l'Eglise doit "quitter son attitude défensive" envers l'accueil des homosexuels, des divorcés remariés et des jeunes vivant en couple sans être mariés, ou sur la question de la contraception. "La réalité est bien plus complexe. Cette pensée bipolaire tient rarement compte de l’histoire de la vie des gens", souligne-t-il.

Ces situations "demandent plus de respect et un jugement plus nuancé" que celui inscrit dans les textes actuels du magistère, selon Mgr Johan Bonny.

"Une lettre hors norme"

"Je n’ai pas souvenir qu’un évêque ait tenu un langage aussi clair concernant la problématique autour du mariage et de l’homosexualité", indiquait ce matin le théologien de la KUL, Thomas Knieps, sur les ondes de Radio 1 (VRT).

La lettre serait donc unique, du jamais vu dans l’histoire de l’Eglise. Reste à voir si l’évêque d’Anvers ne se mettra pas certains représentants ecclésiastiques à dos. "Un groupe  déterminé au sein de l’Eglise pourrait ne pas être satisfait, mais une grande partie de croyants seront soulagés par l’initiative de Bonny", estime Thomas Knieps. "C’est une grand encouragement pour les théologiens qui demandent depuis longtemps une autre vision".

Consultez le document complet 'Synode sur la famille' (disponible en français)