Grosse contribution belge dans la force de réaction rapide de l’Otan

L’armée belge s’est engagée à fournir en 2016 une contribution d’environ 1.300 hommes, des chasseurs F-16, des hélicoptères et un chasseur de mines à la "Nato Response Force" (NRF), dont les dirigeants alliés ont décidé vendredi, lors du sommet atlantique au Pays de Galles, d’accroître la réactivité. L’information a été obtenue par Belga de source militaire.

La force de réaction rapide de l’Otan (NRF) compte plusieurs milliers de soldats, fournis par rotations annuelles par les différents pays alliés. Elle est capable de se déployer à bref délai n'importe où dans le monde, pourvu que les 28 pays de l'Otan s'accordent sur son envoi - ce qui ne s'est jamais produit pour l'ensemble de la force, créée en 2002.

Mais pour répondre à l'inquiétude des alliés d'Europe de l'est face à l'intervention russe en Ukraine, les chefs d'Etat et de gouvernement des 28 ont décidé vendredi de mettre sur pied un élément plus "réactif": une nouvelle "task force" à très haut degré de préparation, qualifiée de "spearhead" (fer de lance) de la NRF. Cette "Very High Readiness Joint Task Force" (VJTF en jargon) comptera de 3.000 à 5.000 hommes, selon des responsables alliés, lorsqu'elle sera opérationnelle et devra pouvoir se déployer en deux à trois jours.

Dans l'attente de la mise sur pied de cette unité d'élite, la Belgique s'est engagée à fournir en 2016 à la NRF un bataillon d'infanterie légère, articulé autour du 2ème bataillon commando de Flawinne (soit 930 militaires), son bataillon Istar (Intelligence, Surveillance, Target Acquisition and Reconnaissance) de Heverlee (soit 220 militaires), une unité de forces spéciales, six chasseurs-bombardiers F-16 et deux des nouveaux hélicoptères NH90 (photo), servis par plus de 200 personnes.

En mer, la participation belge prendra la forme d'un chasseur de mines, avec un équipage d'une quarantaine de marins pour toute la période, selon une source militaire informée consultée par l’agence Belga.

Participation plus modeste en 2015

En 2015, la participation belge à la NRF sera plus modeste, en nombre tout au moins. Elle regroupera le bataillon artillerie de Brasschaat, le 18ème bataillon logistique de Bourg-Léopold, le 4ème groupe systèmes de communication et d'information (CIS) de Marche-en-Famenne et le 2ème Élément médical d'Intervention de Bourg-Léopold (soit environ 214 militaires). La composante Air tiendra six F-16 (et 160 militaires) à disposition, selon la même source.

Quant à la Marine, elle alternera, avec au 1er semestre, un chasseur de mines et son navire de commandement et de soutien logistique "Godetia" (photo) dans la deuxième partie de l'année.

Pour le bataillon artillerie, les préparatifs pour la NRF-15 ont déjà débuté. L'unité prend en effet part du 3 au 30 septembre à l'exercice international de l'Otan "Noble Ledger", à Rena (Norvège). La Défense a indiqué que la Belgique participe à "Noble Ledger" avec 213 militaires, dont 154 artilleurs de Brasschaat. Quatre Belges sont affectés à l'état-major de la NRF.