"L’interdiction de fumer améliore réellement la santé"

Depuis l’entrée en vigueur en Belgique de la loi interdisant de fumer sur le lieu de travail, en 2006, on a recensé 15% de crises cardiaques en moins chez les personnes âgées de moins de 60 ans. C’est ce que révèle une étude de l’Université de Hasselt (province du Limbourg). "Une conséquence positive de cette loi est aussi que l’on fume moins en présence d’autres personnes dans d’autres lieux", expliquait le chercheur Tim Navrot ce lundi dans l’émission "De Ochtend" de la VRT radio.

Ce sont avant tout les personnes âgées de moins de 65 ans qui retirent le plus de bénéfices pour leur santé de l’interdiction de fumer sur le lieu de travail - une loi entrée en vigueur en 2006. Les femmes en retirent encore davantage de bienfaits que les hommes.

"Le fait de ne plus devoir fumer passivement a des conséquences positives, et l’effet de la loi est important. Surtout chez les femmes : on a recensé 33% de crises cardiaques en moins chez les femmes", expliquait le chercheur Tim Navrot ce lundi matin dans l’émission "De Ochtend" de la VRT. Il s’agit en outre d’une baisse supplémentaire du nombre de maladies cardiovasculaires, des maladies qui font progressivement moins de victimes depuis quelques années.

Pourquoi les femmes profitent-elles encore davantage de l’interdiction de fumer que les hommes ? "Les femmes travaillent habituellement à l’intérieur. Elles ont donc été exposées plus souvent à des fumeurs sur le lieu de travail avant l’introduction de la loi. D’autre part, l’effet protecteur de l’hormone féminine œstrogène s’estompe lors de l’exposition à la fumée de tabac", précisait encore Navrot.

Les chiffres datent de la période entre 2006 et 2009, soit juste après l’introduction de l’interdiction de fumer sur le lieu de travail. L’interdiction de fumer dans les restaurants a également été introduite pendant cette période. "Mais cette seconde interdiction a un effet plus modeste sur la santé". L’interdiction de fumer dans les cafés est entrée en vigueur après 2010. L’étude de l’université de Hasselt n’a donc pas pu en constater les effets bénéfiques.

L’interdiction fait tache d’huile à la maison

Les chercheurs de Hasselt ont également constaté un autre effet positif de la législation. L’interdiction de fumer au travail fait tache d’huile dans d’autres endroits. "On constate que l’on fume de moins en moins en présence d’autres personnes. Les parents fument ainsi moins souvent à l’intérieur du domicile, en présence de leurs enfants. L’interdiction de fumer a aussi poussé beaucoup de gens à arrêter de fumer, ou du moins de diminuer leur consommation".

L’étude réalisée en Flandre laisse supposer que l’effet bénéfique est valable pour l’entièreté de la Belgique. On a en effet constaté cette tendance dans d’autres pays où l’interdiction de fumer sur le lieu de travail a été introduite.

Il reste cependant du pain sur la planche, estime Tim Navrot. "Seuls 16% de la population mondiale sont actuellement protégés par une législation interdisant de fumer sur le lieu du travail. Dans nombre de pays, il n’est pas encore question d’introduire cette interdiction. En Belgique, il faut continuer à la respecter, car les gains pour la santé sont maintenant prouvés".