"La Flandre pas encore parvenue à démocratiser l’enseignement"

Le système de l’enseignement semble garder un caractère élitiste en Flandre. D’après un nouveau rapport de l'OCDE, l’Organisation de coopération et de développement économiques, à peine 6% des enfants de parents peu scolarisés entament des études supérieures. Pour ces jeunes, il devient ainsi difficile de monter dans l’échelle sociale.

Selon le rapport de l’OCDE, 45% des Flamands ont pu profiter du même niveau de formation que leurs parents. Près de la moitié a obtenu un grade plus élevé, un chiffre relativement élevé en comparaison avec d’autre pays industrialisés.

La situation est toutefois bien moins avantageuse pour les enfants provenant de familles peu scolarisées. A peine 6% d’entre eux entament des études supérieures. Le constat est loin d’être anodin : pour l’OCDE, il signifie que ces jeunes ont davantage de risque de se retrouver au chômage.

"Nous avons de très mauvais résultats au niveau de la démocratisation de l’enseignement", estime l’expert de l’OCDE, Dirk Vandamme. "La démocratisation signifie une réduction de la différence sociale selon l’origine des étudiants. Mais nous n’y sommes pas parvenus. Nous avons évolué d’une université d’élite vers une université de classe moyenne. C’est moins le cas dans d’autres pays", souligne-t-il.

Toujours d'après l'OCDE, le nombre d’étudiants universitaires a par ailleurs tendance à diminuer. L'organisation s’attend à ce que 33% des jeunes Belges aillent à l’université, contre une moyenne de 60% dans les autres pays de l’OCDE. "Cette situation est grave car la Flandre a pour ambition d’aboutir à une économie ouverte et dynamique, et cela est lié à l'emploi de haute qualification", indique Dirk Vandamme. "Si nous ne continuons pas à alimenter l’économie avec des personnes hautement scolarisées, nous courons alors un très grand risque", prévient-il.