Anvers réclame 90.000 euros aux djihadistes "chômeurs"

Le parquet d’Anvers réclame le remboursement de 90.000 euros touchés par des personnes sans emploi parties en Syrie. La moitié des Anversois qui y combat a reçu durant plusieurs mois des allocations de chômage. En moyenne, ils auraient perçu chacun 3.000 euros, rapportent les quotidiens Het Nieuwsblad, De Standaard et Gazet van Antwerpen.
AP2014

Au total, 35 dossiers sont concernés. Il s’agit principalement de jeunes qui ont continué à percevoir des indemnités maladie ou des allocations de chômage. D’après les chiffres, environ un Anversois sur deux étant parti pour la Syrie aurait ainsi abusé du système.

Deux enquêteurs de la police fédérale anversoise cherchent depuis quatorze mois à assécher toute forme de flux monétaire illégal provenant d’Anvers à destination d’Alep. La réclamation active de cet argent serait également en cours depuis un certain temps.

"Nous recevons des informations des enquêteurs judiciaires, du parquet et de l’auditorat du travail. Nous vérifions ces informations via les aéroports, en contrôlant les périodes de départ de ces personnes. Nous entrons alors en action. Directement, ou via un huissier de justice", précise Kristof Salens de l’Office national de l’Emploi (ONEM).