"La Belgique prête à participer à une coalition contre l'Etat islamique"

Si la demande est faite à la Belgique, notre pays est prêt à participer à la coalition internationale contre l'Etat dit islamique, a déclaré dimanche le Premier ministre en affaires courantes, Elio Di Di Rupo, à l'occasion de la réouverture du Musée juif de Bruxelles.

Le co-formateur Charles Michel et la ministre de la Culture de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Joëlle Milquet, ont également assisté dimanche à la réouverture du musée, fermé depuis l'attentat du 24 mai qui y a fait quatre victimes, deux visiteurs et deux collaborateurs de l'institution culturelle.

"Les événements tragiques du 24 mai dernier ont créé un énorme choc dans notre pays, comme dans toute l'Europe et le reste du monde. Nous avons tous été profondément bouleversés. Aujourd'hui encore, nous restons stupéfaits", a affirmé M. Di Rupo dans son discours. "Ce qui s'est passé ce funeste jour de mai constitue un traumatisme qui nous hante. Ce jour-là, quatre de nos frères et soeurs étaient tragiquement assassinés. Ce jour-là, des personnes et un lieu étaient pris pour cible parce que juifs. Ce jour-là, un espace culturel, d'échanges et d'ouverture, un lieu de civilisation était pris pour cible. Ce jour-là, la haine des Juifs, la haine du vivre-ensemble, la haine des valeurs démocratiques a frappé dans toute son horreur", a-t-il poursuivi.

Le Premier ministre en affaires courantes a rendu hommage aux quatre victimes et apporté son soutien aux proches de celles-ci même si "face à la disparition d'un être cher aucun mot, aucune mesure, aucune sanction ne peut apaiser la douleur".

"Ceux qui commettent des crimes antisémites ou racistes doivent être mis hors d'état de nuire", a encore affirmé, sans détour, Elio Di Rupo.

Selon le Premier ministre, la Belgique a renforcé et va encore intensifier la coopération européenne et internationale pour lutter plus efficacement contre le terrorisme. "Si la demande nous en est faite, comme je l'ai déjà dit, je suis favorable, à cet égard, à ce que notre pays participe à la coalition des pays luttant contre l'Etat dit islamique", a-t-il conclu.

Auparavant, le ministre des Affaires étrangères en affaires courantes, Didier Reynders, avait lui aussi laissé entendre qu'il est favorable, à l'instar du CD&V, à une participation de la Belgique à la coalition internationale contre l'Etat islamique.