Un effort structurel supplémentaire nécessaire pour 2015

Le ministre fédéral du Budget, Olivier Chastel, a reçu du Comité de monitoring un rapport concernant le suivi du budget 2014 et l’élaboration du budget 2015. Le Comité juge notamment que les estimations décevantes des paramètres économiques en 2015 demanderont un effort structurel supplémentaire de 24 millions d’euros.

Les prévisions de croissance ont en effet été revues à la baisse: le produit intérieur brut (PIB) ne croîtra que de 1,1% au lieu de 1,4% en 2014, et de 1,5% au lieu de 1,8% en 2015, alors que l'inflation devrait être plus élevée que prévu. Le manque à gagner pourrait dès lors s'élever à 570 millions d'euros, estimait-on à l'issue de la présentation des chiffres par le Bureau du plan.

Les négociateurs avaient prévu une marge de 500 millions d'euros. Or finalement, le montant de l'effort avancé par le Comité de monitoring n'est que de 24 millions d'euros. Mais on évoque un effort structurel, pas nominal. "On est dans le bon, on ne parle pas de nominal mais de structurel. Au-delà, nous ne commentons pas, le rapport est envoyé aux co-formateurs Charles Michel et Kris Peeters et aux négociateurs", s'est contenté de préciser la porte-parole du ministre Chastel.

Le rapport du Comité de monitoring vise à donner une évaluation de l'effort budgétaire structurel nécessaire à consentir pour 2015 sur la base du rapport précédent, datant du mois de juillet, et des nouveaux paramètres économiques transmis par le Bureau fédéral du plan.

Plus aucune information ne circule ces dernières heures sur les négociations en vue de la formation d’un nouveau gouvernement fédéral. Des rencontres bilatérales sont organisées sur le budget entre les co-formateurs Michel et Peeters et les présidents de parti. Le tout se déroule dans des endroits tenus secrets.

Nicolas Maeterlinck