Deux Bruxellois radiés du registre de la population

Interpellé devant le conseil communal par le conseillé Johan Van den Driessche (N-VA) - au sujet des initiatives prises par la capitale pour contrecarrer le départ de jeunes belges pour la zone de combats en Syrie -, le bourgmestre Yvan Mayeur (PS) a indiqué que la Ville de Bruxelles avait jusqu’à présent radié du registre de la population deux personnes parties combattre en Syrie. Quatorze autres propositions dans ce sens ont également été formulées.

Yvan Mayreur a indiqué que l'on planchait sur un raccourcissement du délai de procédure de radiation du registre de la population, tout en veillant au respect de la réglementation.

Le bourgmestre de la Ville de Bruxelles (photo) a précisé ne pouvoir en dire davantage sur le nombre d'habitants partis en Syrie, sans toutefois cacher qu'il disposait de certaines données chiffrées. Il a ajouté qu'à son initiative un groupe de travail avait été mis sur pied, réunissant plusieurs partenaires: l'asbl Bravvo, en charge de la politique de prévention de la Ville, le Centre public d’aide sociale, l'Organe de Coordination pour l'Analyse de la Menace (OCAM), la Sûreté de l'Etat, plusieurs services de l'administration communale et la police.

Ce groupe de travail s'est réuni à plusieurs reprises, dont la dernière fois en date, le 17 septembre dernier Il s'est déjà penché sur plusieurs enjeux liés à cette problématique: la sensibilisation du personnel des divers services concernés, l'échange d'informations entre services concernés, l'établissement d'une foire aux questions à destination des familles et des collaborateurs de la Ville, la formalisation de procédures d'intervention en cas de départ suspect, de départ définitif, de retour, ... et enfin l'embauche d'un responsable du projet "radicalisation".

L'asbl Bravvo et la police de Bruxelles font en outre partie de diverses plateformes de travail mises sur pied par le ministère de l'Intérieur. Bravvo fait aussi partie du groupe de travail "radicalisation" du forum belge pour la sécurité urbaine. Il est par ailleurs membre du projet européen LIAISE qui sera lancé en novembre pour améliorer l'échange d'expériences en la matière.

Deux Belges arrêtés par des Kurdes à la frontière turque

Il s’agirait de deux frères d’origine marocaine, qui auraient été arrêtés en même temps qu’un Français.

D’après les Kurdes qui les ont appréhendés, ces trois combattants seraient membres de l’organisation djihadiste Etat Islamique (photo).

AP2014