Une plateforme vidéo 100% belge part à l’assaut du Web

Alors que YouTube attire aujourd’hui plus d’un milliard d’utilisateurs et que le service de vidéo en ligne Netflix semble bien parti pour conquérir une partie de notre pays, une jeune start-up s’est lancé un défi : créer une plateforme vidéo 100% belge. Ce mardi, Vike a officiellement été mise en ligne. Son objectif : rassembler des contenus réalisés par et pour les Belges.

Pour son lancement officiel, Vike a déjà sélectionné plus d’un millier de vidéos recouvrant plusieurs catégories dont les principales sont la musique, l’humour, le cinéma ou encore le tourisme. Toutes ont été réalisées par des professionnels ou des semi-professionnels et sont caractérisées par leur ancrage belge.

Contrairement à Youtube, Vike n’accueille donc pas d’images filmées par l’internaute lambda, même si certaines contributions peuvent se voir validées par la plateforme. Pour assurer le bon développement du site, les créateurs comptent notamment sur les réseaux sociaux et leur capacité à véhiculer les contenus dits viraux. "Les likes, les commentaires et les partages, en particulier sur Facebook, sont essentiels pour la viralisation des vidéos et pour le développement progressif des recommandations personnalisées", souligne Xavier Degraux, managing director de Vike.

Afin d’enrichir son offre, Vike, dont le nom est une contraction de ‘videos I like’, collabore avec différents partenaires et producteurs de contenus. La plateforme permet ainsi aux artistes du pays de gagner en visibilité en diffusant par exemple des clips vidéos exclusifs ou encore des sketches d’humoristes restés jusqu’alors dans l’ombre.

Au niveau musical, la start-up bénéficie déjà de nombreuses collaborations, notamment avec l’Ancienne Belgique, Pure FM, ou encore AirTvMusic. Dans la section humour, Vike propose quelques contenus exclusifs, tels que « Les Gars de Jette » ou encore « Les stagiaires », une web série produite par le Kings of Comedy Club.

Si les vidéos sont destinées à un large public, Vike ne cache pas sa volonté d’attirer les jeunes de la ‘génération Y’. On le sait, ces derniers sont de grands consommateurs de vidéos en ligne qu’ils visionnent grâce aux différents supports dont ils disposent.

Une plateforme principalement financée par la pub

Derrière le projet Vike, on retrouve la régie publicitaire RMB, qui commercialise notamment l’espace publicitaire de la RTBF. En se lançant dans les médias en ligne, RMB entend créer une nouvelle source de revenus, grâce aux fameux 'pre-roll's, ces publicités qui précèdent les vidéos sur le web.

D’après l’administrateur délégué, Yves Gérard, la publicité digitale constitue 8% de l’ensemble des publicités. Les annonceurs sont toutefois de plus en plus intéressés par ces pre-rolls. Ceux-ci formeront donc la principale source financière de Vike, qui sera partagée avec les producteurs de contenus.

A terme, la plateforme voudrait attirer une moyenne de 600.000 visiteurs par mois. D’après les calculs de RMB, l’équilibre financier devrait être atteint dans trois ans. Si à l’heure actuelle, le site offre principalement des contenus francophones, la Flandre est déjà dans la ligne de mire. Vike recherche en effet un partenaire flamand en vue de créer son pendant néerlandophone.

Découvrez la première plateforme vidéo sociale belge Vike