Les F-16 belges opéreront depuis la Jordanie

Les six avions de combat F-16 belges qui seront engagés dans la lutte contre l'organisation terroriste Etat Islamique (EI) opéreront depuis la Jordanie, un des partenaires arabes des Etats-Unis dans le conflit, a annoncé mardi matin le ministre de la Défense en affaires courantes, Pieter De Crem (CD&V) au cours de l'émission "de Ochtend", sur les ondes de Radio 1 (VRT).

Ces avions pourront être mobilisés après le feu vert du parlement. Le Comité ministériel restreint du gouvernement examinera ce mercredi encore une proposition de résolution dans ce sens avant sa discussion en commission de la Chambre.

Le Premier ministre Elio Di Rupo a confirmé depuis New York que les Etats-Unis avaient demandé officiellement à la Belgique de prendre part à l'intervention militaire contre l'EI. Etant donné que le gouvernement est en affaires courantes, celui-ci doit obtenir le feu vert du parlement pour lancer ce type d'opération. Les commissions de la Défense et des Affaires étrangères de la Chambre devraient déjà se réunir mercredi.

Le parlement devrait se réunir en séance plénière pour voter la résolution cette semaine encore. L'option d'une participation à l'intervention militaire bénéficie d'un large soutien sur l'échiquier politique, est-il apparu au cours des derniers jours.

Selon M. De Crem, le F-16 sont équipés pour effectuer des bombardements et travailleront sous les ordres d'un commandement central formant la coalition de volontaires ("coalition of the willing"). D’après le ministre, des bombardements auront lieu "si nécessaire".

Dans une première phase, 120 militaires belges partiront vers la Jordanie. Outre les pilotes des F-16, il s'agira de personnel d'encadrement et d'entretien. Les militaires sont en mesure de partir aussitôt la décision du parlement prise, a encore dit Pieter De Crem.