L’inflation était négative en septembre

Pour la première fois en Belgique depuis novembre 2009, l’inflation est passée sous zéro en septembre. Elle atteint désormais -0,12%, contre 0,02% en août, confirme le ministère à l’Economie. Fin 2009, l’inflation négative était également de -0,12%. Une déflation peut être néfaste pour une croissance économique précoce.

L'indice a été influencé à la baisse par la diminution des prix des billets d'avion (-15,8%), des fruits frais (-5,8%) et du poisson (-3%). Les légumes (+2,9%), les voyages organisés à l'étranger (+1,6%) et les villages de vacances (+7,9%) ont par contre exercé un effet haussier sur l'indice.

Mais la cause principale de l’inflation négative seraient les prix bas de l’énergie. L’électricité et le gaz sont actuellement meilleur marché qu’il y a un an.

L'indice des prix à la consommation a pour sa part baissé de 0,08 point, pour atteindre 100,9 points en septembre.

L'indice santé a lui reculé de 0,06 point et s'établit désormais à 100,06 points. L'indice-pivot pour les salaires de la fonction publique et les allocations sociales, fixé à 101,02 points, n'est donc pas dépassé en septembre. Le dernier dépassement remonte à novembre 2012.

L’inflation négative et la déflation peuvent être fondamentalement néfastes à la croissance économique précoce. Elles indiquent en effet que les prix sont à la baisse, ce qui encourage les consommateurs à retarder des achats importants. La demande en est alors affaiblie, ce qui entretient en retour la baisse des prix. On se trouve alors dans un cercle vicieux de baisse généralisée des prix et salaires. Les économistes ne parlent de déflation que quand les prix baissent de façon structurelle - ce qui n’est pas encore le cas pour l’instant.

La Belgique n’est d’ailleurs pas le seul pays où la vie coûte actuellement moins cher. C’est aussi le cas en Espagne, au Portugal, en Grèce et en Italie.