Les Belges favorables à l’interdiction de fumer dans l’auto

Près de 67% des Belges interrogés dans le cadre d’un sondage réalisé par la Fondation contre le cancer sont en faveur de l’introduction d’une interdiction de fumer dans les voitures. "La base est là, mais le pouvoir politique reste silencieux", déplore la Fondation dans les colonnes du quotidien De Morgen.

Près de 4.000 personnes, âgées de 15 à 75 ans, ont été interrogées dans le cadre d’un sondage réalisé par la Fondation contre le cancer. Un peu plus de deux-tiers d'entre elles se disent favorables à une interdiction de fumer dans les voitures.

Pas moins de 72% des non-fumeurs soutiennent une telle mesure. Ils sont rejoints par 70% des ex-fumeurs et même 55% de ceux qui sont encore actuellement adeptes de la cigarette.

"Fumer dans la voiture est très nocif pour la santé", explique Luk Joossens, expert de la prévention contre le tabac à la Fondation contre le cancer. "Vous vous trouvez confinés dans un petit espace, où la concentration de fumée est donc énorme." Ce qui a aussi des répercussions sur la santé des passagers, et plus particulièrement sur celle des enfants qui se trouvent alors éventuellement dans l’auto.

La Fondation regrette l'absence de mesures prises sur le plan politique. Les négociateurs fédéraux n'envisageraient pour le moment qu'une hausse des accises sur le tabac.

Au micro de la VRT, Luk Joossens estimait aussi que l’interdiction de fumer dans les voitures doit être adoptée au même temps que d'autres mesures contre le tabac. "Il faut adapter la directive sur le tabac, afin que les emballages de cigarettes soient moins luxueux et que moins de jeunes soient ainsi tentés de fumer".

Joossens estime que l’interdiction totale de fumer - comme cela a déjà été appliqué sur le lieu de travail - encourage le respect de la mesure. Il n’est donc pas en faveur d’une interdiction seulement quand il y a des enfants dans l’auto. "Que faire alors quand des asthmatiques ou des patients qui souffrent du cœur montent dans une voiture ?".