"Parfum de crise rue de la Loi"

Les négociations fédérales sur le budget risquent de prendre du retard suite aux tensions intervenues mardi soir entre le président du CD&V Wouter Beke et Gwendolyn Rutten, présidente de l’Open VLD. Le journaliste politique de la VRT Johnny Vansevenant a parlé de crisette ce mercredi matin dans l’émission "De ochtend". Au début de la semaine, on pensait que les discussions sur le budget pourraient aboutir mais apparemment elles sont à présent repoussées à la semaine prochaine.

"La raison de ces tensions varie selon les partis", ajoute Johnny Vansevenant. Le CD&V estime que toutes les propositions émises par Wouter Beke en matière fiscale sont rejetées par Gwendolyn Rutten, notamment une mesure visant à diminuer la pression fiscale pour les couples mariés à un seul revenu.

A l’Open VLD on confirme que Gwendolyn Rutten a demandé plus de clarté sur la réforme des déductions fiscales. Elle redoute que l’épargne –pension ne soit touchée par cette réforme.

Quant à la N-VA elle parle d’irritation suite aux fuites dans la presse sur le dossier Arco, tout en relativisant les tensions qui devraient retomber rapidement.

Des crispations interviennent traditionnellement en fin de parcours des négociations or l'ambition des futurs partenaires est de conclure la formation du gouvernement fédéral.

Selon la presse, c'est la solution proposée par le CD&V pour subvenir aux besoins des coopérants d'Arco, victimes de la débâcle de Dexia, qui a mis le feu aux poudres.

Mais c'est la fiscalité qui a finalement été source des crispations les plus sévères entre chrétiens-démocrates et libéraux flamands, provoquant une sortie de réunion prématurée du président du CD&V Wouter Beke.

N-VA, MR, CD&V et Open VLD avaient prévu de se revoir mercredi en toute discrétion mais plus en plénière.

L'objectif est de dénouer les derniers arbitrages sur les réformes structurelles en lien avec le budget. L'ambition est toujours d'atterrir d'ici la fin de la semaine ou au début de la semaine prochaine.

La proposition de Koen Geens sur le dossier Arco

Le ministre des Finances sortant Koen Geens (CD&V) a présenté aux négociateurs fédéraux une proposition de solution pour le dossier Arco.

Cette solution aurait un impact sur les finances publiques belges à hauteur d'1,2 milliards d'euros, soit le montant perdu par les coopérateurs, qui ne récupèreront pas la totalité de leurs pertes. Une partie pourrait venir de la banque Belfius, dont l'Etat belge détient la totalité des actions.

Le mouvement ouvrier chrétien flamand, très associé à Arco, devra aussi payer pour régler le problème. Le somme dépendra des autres montants réunis lors de la liquidation d'Arco.

Si la proposition de Koen Geens est validée, elle devra encore passer par les autorités européennes. La Commission s'est déjà opposée une première fois à un règlement pour les coopérateurs.