L'aéroport de Charleroi doit rembourser 6 millions d'euros

L'aéroport de Charleroi va devoir rembourser six millions d'euros pour avoir perçu des aides jugées illégales par la Commission européenne, qui va également enquêter sur une aide accordée à certaines compagnies aériennes opérant à l'aéroport de Bruxelles.

Gardienne de la concurrence en Europe, la Commission a jugé mercredi que l'aéroport de Charleroi, d'où décollent de nombreuses compagnies low-cost, avait reçu des aides "incompatibles avec les règles de l'UE, et qui doivent maintenant être récupérées".

Ces aides ont permis à l'aéroport de "se développer sensiblement depuis 2002", mais ont "procuré un avantage économique considérable", entraînant des distorsions de concurrence "qui n'ont fait que s'amplifier au fil du temps avec la croissance du trafic".
Prenant en compte ces deux aspects, la Commission a conclu qu'une partie de l'aide pouvait être autorisée mais que le solde --six millions d'euros environ -- devait être remboursé.

La Commission a aussi ouvert une enquête sur un régime d'aide belge octroyant une aide publique d'environ 19 millions d'euros par an, entre 2014 et 2016, au gestionnaire de l'aéroport de Bruxelles (Zaventem), qui doit ensuite les redistribuer à des compagnies aériennes.

La majorité de ces fonds doit être attribuée à la compagnie nationale belge Brussels Airlines, ce qui fait tiquer la Commission européenne, craignant "le financement, sur des fonds publics, des coûts de fonctionnement ordinaires de certaines compagnies aériennes".

Le commissaire à la Concurrence, Joaquin Almunia, a défendu la nécessité de ne "pas gaspiller l'argent des contribuables" via "la multiplication d'infrastructures aéroportuaires non rentables ou l'octroi d'avantages indus à certains compagnies".