Qui a placé de mystérieuses stèles dans le Westhoek ?

C’est actuellement encore un mystère. Un agriculteur a découvert ce vendredi matin une centaine de stèles funéraires dans un champ. Ces stèles ne commémorent pas des victimes de la Première Guerre Mondiale mais bien des jeunes qui ont choisi de mettre fin à leur vie.

Ces stèles ont sans doute été placées cette nuit près du village de Merkem (Flandre occidentale), où eut lieu une bataille entre les troupes belges et allemandes le 17 avril 1918.

On ne sait pas qui est à l'origine de cette initiative mais on pense qu’il s’agit de personnes voulant attirer l’attention sur la problématique du suicide dans la région du Westhoek.

Plusieurs riverains ont reçu ce matin dans leur boîte aux lettres un texte dénonçant le silence qui entoure le suicide des jeunes.

"Depuis cette nuit, le Westhoek s’est enrichi d’un cimetière de plus. Non pas pour les victimes de la Grande Guerre mais bien de la guerre silencieuse".

Depuis l’année 2000, plus de 400 personnes de moins de 30 ans se sont données la mort. "A présent on pourra aussi leur rendre hommage dans les environs du Knokkebrug" (un pont au-dessus l’Yser dans les environs de Lo Reninge) cite la télévision locale de Flandre occidentale Focus-WTV sur base de la lettre signée "Operatie Freestone".

Le paysan a fait appel aux services techniques de la ville afin de faire retirer les stèles.

Le Westhoek, littéralement le coin de l’ouest est une région transfrontalière belgo-française dans la province de Flandre-Occidentale (Région flamande) et le département du Nord (région Nord-Pas-de-Calais), située entre la mer du Nord et la Lys.

Sur base des dernières statistiques disponibles, à savoir l’année 2011, 2.086 personnes se sont suicidées cette année en Belgique, un nombre en légère augmentation par rapport aux années précédentes.