Une excursion à Bruxelles annulée car jugée trop dangereuse

Une école primaire de Hasselt (province de Limbourg) a annulé une excursion de trois jours à Bruxelles en raison de craintes d'un attentat terroriste, lit-on samedi dans Het Nieuwsblad. "Nous n’irons pas maintenant dans le métro ou visiter le Parlement européen" a déclaré le directeur Filip Kuijpers. D’après les experts cette décision ne se justifie pas.

Le directeur de l’établissement scolaire Filip Kuijpers a écrit une lettre aux parents de ses élèves : "Chers parents, nous avons décidé d’annuler l’excursion scolaire à Bruxelles. Etre confrontés durant trois jours à des parents inquiets et à des accompagnateurs qui se ne sont pas à l’aise, cela n’a pas de sens. Par conséquent, nous allons plutôt organiser un voyage de deux jours à Tongres".

"La sécurité pour les enfants et le personnel est prioritaire. Chaque jour, nous lisons des informations relatant des menaces terroristes sur plusieurs lieux. Et maintenant, la Belgique a aussi envoyé des F-16 en Irak. Je le sais bien: le risque que quelque chose se produise est très faible. Mais nous sommes responsables d'enfants qui ne sont pas les nôtres, et ce durant 24 heures sur 24. Si nous ne pouvons garantir leur sécurité à Bruxelles, nous n'y allons pas", affirme encore Filip Kuijpers dans le journal.

L’école a pris cette décision suite à l’annonce d’un projet d’attentat contre le Parlement européen à Bruxelles. "J’ai rencontré alors les enseignants" explique Filip Kuijpers. "Nous étions convaincu que ce voyage devait être agréable et instructif pour les enfants. Mais se promener durant trois jours en étant inquiets, cela ne valait pas la peine. Alors nous avons préféré nous rendre à Tongres visiter le musée gallo-romain".

Les parents ont été avertis vendredi sans avoir été consultés au préalable. Le président du conseil des parents s'est dit surpris, estimant cette décision "tirée par les cheveux".

Aucune raison d’éviter Bruxelles

D’après le professeur de relations internationales et expert en terrorisme, Tom Sauer, il n’y a aucune raison d’éviter Bruxelles. La peur de se rendre à Bruxelles est un sentiment d’insécurité provoqué par les informations sur les djihadistes partis combattre en Syrie.

Selon Tom Sauer il faut savoir qu’il ne s’agit que de 300 jeunes et dont les quelques-uns qui reviennent sont en général désillusionnés et ne demandent qu’à se réintégrer dans la société, à part peut-être quelques exceptions.

Peter Mertens du centre de crise du SPF Intérieur ne voit aucune raison d’augmenter le niveau d’alerte. Nous ne disposons actuellement d’aucun éléments spécifiques indiquant une augmentation de la menace terroriste » at-il déclaré. Depuis des années nous sommes en Belgique au niveau d’alerte 2.