"Le plan de délestage constitue un danger mortel pour les habitants de Gand"

"Si certaines entreprises situées dans le port de Gand se retrouvent soudain sans électricité, cela constituera un danger mortel pour la population et je n’exagère pas" a déclaré Daniël Termont (SP.A) bourgmestre de Gand ce midi dans l’émission "De zevende dag" (VRT). Daniël Termont ne comprend pas pourquoi sa ville n’a pas été épargnée par le plan de délestage qui sera d’application cet hiver dans le cas d’une pénurie de courant. Il a annoncé qu’il contesterait celui-ci devant les tribunaux.

Daniël Termont met en garde depuis plusieurs semaines sur les risques qu'encourt la population de sa ville en cas d'un arrêt soudain de la production de certaines entreprises chimiques du port de Gand.

Il a écrit à plusieurs reprises à la secrétaire d'Etat à l'Energie Catherine Fonck, sans réponse jusqu'à vendredi.

Celle-ci a finalement répondu via les médias que ce n’était pas possible car ce "serait vider le plan de son sens", puisque le délestage permet précisément d'éviter le black-out en misant sur la solidarité de tous, par une limitation des coupures d'électricité.

"Je lui ai écrit deux lettres" a déclaré Daniël Termont, "en lui demandant de modifier son plan, non seulement parce que cela signifierait une catastrophe d’un point de vue économique pour le port de Gand, mais aussi parce qu’il constitue un danger pour la sécurité des habitants. Comme je n’ai pas reçu de réponse et que j’ai appris par la presse que cela n’était pas possible j’ai décidé d’aller au tribunal pour l’obliger de revoir son plan".

"Gand ne veut pas se soustraire à la solidarité qui règne dans toute la Flandre mais ce qui se passe à présent est totalement injuste et disproportionné" a encore déclaré Daniël Termont.

Le bourgmestre de Gand ne comprend pas que d’autres villes soient épargnées en cas de délestage et souligne surtout les problèmes de sécurité qui pourraient survenir.

"Outre le fait que 96.000 personnes risquent de se retrouver victimes d’un arrêt de travail. Toute la zone du port de Gand est visée par le plan de délestage et cela constitue un très grand problème. Ce sont environ 180 entreprises dont Arcellor Mittal et Volvo cars qui risquent d’en être les victimes".