Un F-16 belge a largué une première bombe en Irak

Dimanche après-midi, un chasseur-bombardier F-16 belge a largué pour la première fois "avec succès" une bombe à guidage GPS contre un "élément terroriste" du groupe sunnite Etat Islamique, lors d’une mission de reconnaissance armée dans une zone à l’ouest de Bagdad. L’information a été divulguée dimanche soir par le ministère de la Défense.

Il s'agit de la première intervention des avions de combat belges basés en Jordanie, depuis qu'ils ont entrepris des missions opérationnelles au-dessus de l'Irak, mercredi dernier. Ils avaient quitté la Belgique cinq jours plus tôt, le 26 septembre.

"Aujourd'hui, deux F-16 belges ont décollé pour une mission de reconnaissance armée d'une zone à l'ouest de Bagdad, au-dessus du territoire irakien. Comme prévu, les avions étaient armés de bombes à guidage de précision et de leur canon de bord. En outre, les pilotes belges disposent d'un équipement très avancé d'observation - une nacelle de désignation (en anglais "Targeting Pod") de type Sniper - avec lequel ils peuvent prendre des images ainsi que recevoir des images provenant d'autres appareils", a indiqué dimanche le ministère dans un communiqué.

"Après identification positive d'un élément terroriste en train d'attaquer des forces de sécurité irakiennes, le commandement de l'opération Desert Falcon (le nom donné par l'armée belge à son intervention en Irak, ndlr) a demandé une intervention armée. Un des appareils belges est intervenu avec une bombe à guidage GPS, entraînant la neutralisation immédiate de la menace ennemie", ajoute le texte. Au cours de l'intervention, les règles d'engagement "ont été suivies à la lettre", a assuré la Défense.

Selon le cabinet du ministre de la Défense, Pieter De Crem (photo), l'officier de liaison belge au quartier-général de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis contre les djihadistes de l'EI, installé au Qatar, "avait une vue complète des événements afin d'assurer que toutes les règles d'engagement avaient été suivies avant de procéder à l'intervention".

La Belgique a, parmi bien d'autres pays, engagé au total six F-16 qui font partie de la coalition internationale qui combat la menace de l'Etat islamique. Leur mission comprend la sécurité de l'espace aérien, la collecte d'informations tactiques concernant les éléments ennemis et la neutralisation d'objectifs au sol.

Des F-16 néerlandais - deux missions à deux appareils - ont aussi entamé dimanche leurs vols au-dessus de l'Irak, mais sans faire usage de leur armement de bord, selon le ministère de la Défense à La Haye.

Ils sont chargés de fournir un soutien aérien rapproché à des troupes terrestres irakiennes ou kurdes, ou d'attaquer des dépôts de munitions ou de matériel militaire, des mortiers, des chars ou d'autres véhicules de l'EI. Les Pays-Bas ont déployé en Jordanie huit F-16, dont deux en réserve, et quelque 250 personnes.