La VRT devra se séparer de 89,5 collaborateurs

Pour réaliser les 18 millions d’euros d’économies qui lui sont imposées par le nouveau gouvernement flamand pour 2015, la radiotélévision publique flamande devra se séparer de 89,5 collaborateurs mais aussi couper dans son offre, notamment dans le domaine du sport et de la fiction. La chaîne de télévision OP12, qui diffuse après 20 h, disparaîtra l’an prochain.

La direction de la VRT a annoncé ce jeudi que les économies de 18 millions d’euros qui lui sont imposées par le gouvernement Bourgeois pour l’an prochain entraîneront en 2015 la disparition de 128 emplois. Ces pertes, qui se feront autant que possible via des départs naturels ou volontaires, seront néanmoins compensées par l’engagement d’une petite quarantaine de collaborateurs pour le développement d’une plateforme numérique - développement et innovation auxquels seront consacrés 8 millions d’euros. Ce qui porte à environ 89,5 le nombre de personnes dont la VRT devra se séparer l’an prochain.

Outre ces disparitions d'emplois, les économies seront réalisées pour deux tiers dans le domaine de l'offre, et particulièrement dans le sport et la fiction. La chaîne de télévision OP12 (photo), qui diffuse après 20h, cessera d’exister en 2015. L’offre destinée aux enfants, Ketnet, restera sur la 3e chaîne TV, mais le budget de production de plusieurs programmes télévisés sera revu à la baisse.

Les moyens de production du programme politique "Villa Politica" seront ainsi réduits, de même que l'offre de fiction. "Les économies auront surtout des conséquences pour les productions externes", indiquait Katia Segers, qui siège à la commission Médias du Parlement flamand. L'émission de tourisme "Vlaanderen Vakantieland" verra également ses moyens de fonctionnement se réduire et devra trouver une nouvelle formule.

Sur la chaîne Canvas, on verra en outre disparaître l’émission d’actualité "Login" (photo) et le journal en "100 secondes". Les retransmissions d’événements sportifs seront également élaguées. "Les sports non-médiatiques disparaîtront de l'écran", expliquait Katia Segers.

En radio, sur l’internet et dans son administration, la VRT devra également faire un exercice d’efficacité et "encore mieux définir le travail". La VRT emploie actuellement 2.338 équivalents temps plein. Les syndicats plaident en faveur du maintien du personnel actuel. La direction leur a promis une large concertation sociale.

Le 24 septembre dernier, le nouveau ministre flamand des Médias, Sven Gatz, annonçait que la VRT devait réaliser des économies à hauteur de 18 millions d’euros l’an prochain. D’ici la fin de 2019, elle devra en outre avoir économisé au total 39 millions d’euros - soit près de 10% de la dotation publique totale de la radiotélévision flamande.