Baromètre politique : la N-VA passe sous les 30%

Si l’on en croit un sondage d’intentions de vote réalisé pour la VRT et le quotidien De Standaard, les économies annoncées par les nouvelles coalitions blessent aussi les partis de centre-droit. Pour la première fois, les nationalistes flamands de la N-VA obtiendraient un score sous la barre magique des 30% de voix, tout en restant le plus grand parti en Flandre. Open VLD perd également des voix. Et le gouvernement flamand de Geert Bourgeois (N-VA) doit démarrer dans une atmosphère de méfiance. La libérale Maggie De Block remporte le plus de voix de préférence.

Cela faisait longtemps que les nationalistes flamands de la N-VA n’avaient plus obtenu un score de moins de 30% des intentions de vote dans les sondages politiques de ces dernières années. Mais le premier sondage depuis les élections de mai 2014, réalisé pour la VRT et le quotidien De Standaard, révèle que moins de 30% des personnes questionnées voteraient encore pour le parti de Bart De Wever à l’heure actuelle.

Ce qui est assez exceptionnel. Normalement, les vainqueurs des élections restent aussi gagnants dans les baromètres politiques qui suivent le scrutin. Mais il est vraiment trop tôt pour parler déjà d’une perte de vitesse de la N-VA. Le parti perd 2,5% de voix par rapport à son score précédent, ce qui est trop peu pour être statistiquement significatif.

Il y a cependant des raisons de croire que la N-VA se porte légèrement moins bien qu’en mai dernier. Le sondage a été réalisé entre le 22 septembre et le 3 octobre, soit juste après la Déclaration de septembre du nouveau ministre-président Geert Bourgeois (N-VA) au Parlement flamand. A ce moment-là, la population avait déjà été informée des mesures d’économies décidées par la nouvelle coalition régionale.

Open VLD accuse aussi une baisse

L’insatisfaction de la population par rapport aux mesures d’économies prévues se traduit aussi dans le résultat obtenu par les libéraux flamands dans le cadre du sondage. Open VLD perd également 1,2% de voix.

Le mécontentement peut aussi expliquer pourquoi les démocrates-chrétiens du CD&V, qui se sont efforcés d’adoucir les propositions les plus drastiques d’économies, sont plutôt récompensés pour leurs efforts par les électeurs interrogés. Et pourquoi les socialistes du SP.A obtiennent maintenant davantage de voix qu’Open VLD - un retournement de la situation au soir des élections.

51% des Flamands ont confiance en leur gouvernement neuf

Le mécontentement des citoyens face aux économies annoncées, ou leur crainte d’un étouffement financier des foyers, se traduit aussi par un relatif manque de confiance accordé par les personnes sondées à la nouvelle équipe emmenée par Geert Bourgeois (photo). Le gouvernement flamand remporte la confiance de 51% des personnes questionnées, et son ministre-président Bourgeois celle de 54% des sondés.

Pour comparaison : Kris Peeters obtient un score de 73%. Il faut néanmoins préciser que chaque nouveau ministre-président débute à un niveau plus bas que son prédécesseur dans les sondages. Cela avait notamment été le cas pour Yves Leterme, qui avait débuté en 2004 comme ministre-président flamand avec un score de popularité de 60% et avait fini avec 76%.

Lorsque Kris Peeters reprit son flambeau en 2007, il avait obtenu un score de 60% dans les sondages. Pour terminer aujourd’hui avec 73%. Le score de Geert Bourgeois est moins bon, mais il est compensé par le fait que le ministre-président de 63 ans monte en flèche dans le top-10 des hommes politiques les plus populaires du pays.

Maggie De Block, la plus populaire de Flandre

La Secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration sortante, Maggie De Block (Open VLD, photo), reste la personnalité politique la plus populaire de Flandre dans les sondages. Son manque de prétention et son empathie font de la nouvelle ministre de la Santé publique et des Affaires sociales la seule personnalité politique qui obtiendrait actuellement plus de 50% des voix.

Pas moins de 53% des Flamands affirment vouloir voter pour De Block si des élections étaient organisées aujourd’hui. Ce médecin de famille qui avait été ridiculisée lors de son entrée au gouvernement fédéral à cause de son physique imposant, laisse maintenant nettement derrière elle les hommes politiques les plus populaires en Flandre. Kris Peeters (CD&V) et Bart De Wever (N-VA) suivent avec, respectivement 47% et 41% comme score personnel. Ce qui est pour tous deux un peu moins que lors du dernier sondage avant les élections.

Dans le top-10 des personnalités politiques les plus populaires en Flandre, on retrouve Geert Bourgeois à la 7e place, avec un score de 29%. Et cela alors que son gouvernement ne jouit que de la confiance de 51% des électeurs potentiels. Lors du dernier sondage, il se trouvait néanmoins à la 16e place des préférences.

Outre Maggie De Block, quatre femmes figurent dans le top-10, à commencer par Hilde Crevits (CD&V), la nouvelle ministre flamande de l’Enseignement, qui obtient 39% de voix de préférence. Annemie Turtelboom, la nouvelle ministre flamande des Finances, monte à la 6e place (30%), alors que l’ex-ministre socialiste Freya Vanden Bossche entre dans le top-10 (27%).

La présidente d’Open VLD, Gwendolyn Rutten arrive en 10e position, avec 26% des intentions de vote. Ses collègues masculins de parti s’en sortent moins bien : le nouveau ministre fédéral de la Coopération au développement Alexander De Croo arrive en 11e position (26%) et le nouveau ministre flamand des Médias, Sven Gatz, en 27e position.

Top-10 des personnalités politiques les plus populaires

1. Maggie De Block (Open VLD) : 53%
2. Kris Peeters (CD&V): 47%
3. Bart De Wever (N-VA): 41%
4. Hilde Crevits (CD&V): 39%
5. Johan Vande Lanotte (SP.A): 31%
6. Annemie Turtelboom (Open VLD): 30%
7. Geert Bourgeois (N-VA): 29%
8. Freya Vanden Bossche (SP.A): 27%
9. Wouter Beke (CD&V): 27%
10. Gwendolyn Rutten (Open VLD): 26%