La bourgmestre de Dixmude reçoit la Légion d’honneur

Dans le cadre des célébrations du centenaire de la Première Guerre mondiale, le bourgmestre de Dixmude, Lies Laridon (CD&V), a reçu samedi soir la plus haute distinction française. Elle a été faite officier de l’ordre de la Légion d’honneur par l’ambassadeur de France en Belgique, Bernard Valéro, pour honorer sa commune de Flandre occidentale qui fut le théâtre de l’un des épisodes de la bataille de l’Yser en 1914.
Foto Kurt bvba

La cérémonie s'est déroulée lors d'une réception donnée à bord du bâtiment de projection et de commandement (BPC) L9015 "Dixmude" - l'un des rares navires de la Marine française à porter le nom d'une ville étrangère - amarré à la base navale de Zeebrugge.

L'équipage de ce navire doit, durant son escale à Zeebrugge, participer à diverses cérémonies de commémoration des fusiliers marins de la brigade Ronarc'h tombés lors de batailles en Belgique en 1914 et 1915.

L'une de ces commémorations franco-belges aura lieu ce dimanche après-midi, précisément à Dixmude (Flandre occidentale), en présence du prince Laurent en tant que représentant de son frère ainé le roi Philippe.

En octobre 1914, la brigade des fusiliers marins français commandée par le contre-amiral Pierre-Alexis Ronarc'h avait été envoyée en renfort pour soutenir l'armée belge qui venait d'évacuer Anvers face à l'avancée allemande. Son engagement a permis de protéger l'armée belge lors de son repli d'Anvers vers Dixmude. Cette unité a combattu aux côtés de l'armée belge entre 1914 et 1915. Elle s'est sacrifiée à Dixmude pour stopper l'armée allemande et ainsi protéger le port de Dunkerque.

"C'est une épreuve que nous avons partagée il y a cent ans", a expliqué l’ambassadeur Bernard Valero, avant de remettre la décoration à la bourgmestre Lies Laridon."On leur avait demandé de tenir quatre jours. Ils ont tenu 28 jours", a rappelé samedi le chef d'état-major de la Marine nationale, l'amiral Bernard Rogel, qui chapeaute toujours les unités françaises de fusiliers-marins.