Maggie De Block veut des soins de santé plus efficaces

La nouvelle ministre de la Santé publique et des Affaires sociales estime que les hôpitaux devraient davantage se spécialiser, afin de pouvoir maintenir les coûts des soins de santé abordables à long terme, tant pour les patients que les finances publiques. Invitée sur le plateau du Journal télévisé de la VRT, samedi soir, Maggie De Block (Open VLD) a également affirmé vouloir adapter dès que nécessaire les mesures de prévention contre l’Ebola en Belgique.

Le cabinet de la Santé publique et des Affaires sociales a été le seul, samedi, où la passation de pouvoirs s’est déjà faite entre la ministre sortante, Laurette Onkelinx (PS), et la nouvelle ministre, Maggie De Block (Open VLD). La ministre libérale flamande était également l’invitée du Journal télévisé de la VRT, samedi soir.

Maggie De Block considère comme l’une de ses priorités de maintenir le coût des soins de santé abordable, tant pour les patients que pour les finances publiques. Elle estime qu’il est possible de réaliser encore des économies, sans pour autant mettre en péril la santé des patients. Il est notamment possible d’éviter une prolifération d’appareils médicaux de haute technologie.

La nouvelle ministre - qui est elle-même médecin généraliste - plaide donc en faveur d’une spécialisation de certains hôpitaux pour certains traitements. Les interventions chirurgicales ordinaires conviennent aux hôpitaux régionaux pour les patients résidant alentours, tandis que pour les opérations plus spécialisées, les hôpitaux devront faire un choix, explique De Block.

Selon la nouvelle ministre, cela devrait engendrer peu d'inconvénients pour le patient, car la distance pour se rendre dans un hôpital en Belgique est relativement petite comparée à la situation dans d’autres pays.

D’autre part, le traitement du virus Ebola est une priorité pour Maggie De Block. La nouvelle ministre a souligné que son prédécesseur, Laurette Onkelinx (PS), avait déjà pris une série de mesures pour lutter contre une éventuelle contamination.

Elle veut que des mesures renforcées soient maintenant développées en concertation avec les aéroports et les hôpitaux, mais tient aussi à rassurer la population : la situation est pour l'instant sous contrôle.

"C’est vrai, moins de femmes"

Maggie De Block est l’une des 4 femmes ministres et secrétaire d’Etat qui siègent dans le nouveau gouvernement, formé de 18 ministres et secrétaires d’Etat. Sur le plateau de la VRT, elle a regretté qu’il y ait moins de femmes encore que dans le gouvernement précédent (6), mais estime que tous les ministres désignés, hommes ou femmes, sont compétents. "Il ne faut pas en faire un drame".

Pour ce qui est de la décision du gouvernement Michel Ier de rehausser l’âge légal de la pension - qui passera à 66 ans en 2025 et 67 ans en 2030 -, Maggie De Block estime que les promesses électorales n’ont pas été brisées sur ce point.

"Ces promesses portaient sur les 5 prochaines années. Ici, nous annonçons un changement pour 2025. Nous voulons être honnêtes" et prévenir déjà la population qu’un changement sera nécessaire à plus long terme, déclarait De Block. Un bon plan d’activation est nécessaire, reconnait la ministre, pour apprendre aux entreprises à engager aussi des travailleurs plus âgés.