La Raffinerie Tirlemontoise supprime 45 emplois

La Raffinerie Tirlemontoise a annoncé mardi matin au cours d'un conseil d'entreprise extraordinaire son intention de supprimer 45 emplois sur son site de Tirlemont (Brabant flamand) et au sein de son siège de Bruxelles. Sont concernés des emplois administratifs et techniques, les ouvriers n'étant quant à eux pas visés par cette réorganisation.

"En tant que pionnier belge du sucre, la Raffinerie Tirlemontoise souhaite prendre les devants pour s'adapter aux exigences de marché changeantes qui l'entourent en gardant les compétences nécessaires à son devenir", a justifié l'entreprise en pointant notamment les conséquences de la réforme du régime sucrier décidée en 2013 par l'Union européenne.

"L'abolition des quotas sucre, du prix minimum de la betterave et du prix de référence du sucre sur les marchés européens prendront cours dès le 1er octobre 2017. Les conséquences sont multiples et se font d'ores et déjà sentir", a précisé la raffinerie Tirlemontoise. Dans ce contexte, "la question cruciale est d'assurer la compétitivité de l'entreprise en prenant les mesures qui s'imposent", a-t-elle poursuivi.

En décembre 2013, un vaste programme de réduction des frais généraux avait déjà été mis en place pour faire face aux conditions de marché dégradées et garantir la rentabilité de l'entreprise. "Depuis lors, la baisse des prix du sucre n'a cessé de progresser de sorte que la Raffinerie Tirlemontoise envisage des démarches complémentaires nécessaires, à savoir la réduction en son entité de Tirlemont (qui couvre le site de Tirlemont et le siège de Bruxelles) du personnel administratif et technique de quelques 45 travailleurs", a ajouté la Raffinerie en invitant enfin les partenaires sociaux "à prendre part à la procédure d'information et de consultation".