Une grève sauvage en Wallonie perturbe le rail

Pour la 2e journée consécutive, le trafic ferroviaire est lourdement perturbé ce mardi matin. En cause cette fois, une grève spontanée de conducteurs dans les gares de Liège-Guillemins, Welkenraedt et Liers. Trois quarts des conducteurs n’ont pas pris leur service à l’aube. Les syndicats ont également bloqué des voies pendant 45 minutes, à Liège, ce matin. Ils protestent contre le manque de clarté dans l’accord de gouvernement sur l’avenir et les budgets de la SNCB. Des perturbations étaient aussi encore attendues pendant l'heure de pointe, ce mardi soir.

Les grévistes ont quitté les voies vers 8h45 à Liège, après les avoir occupées pendant 45 minutes ce mardi matin. La circulation des trains a pu reprendre doucement peu après en gare de Liège-Guillemins, a indiqué mardi une porte-parole de la SNCB.

Une grande majorité des conducteurs qui partent habituellement des dépôts de Welkenraedt, Liers et Liège ont refusé spontanément de prendre leur service depuis l'aube. La circulation des trains en région liégeoise en a été et reste fortement perturbée.

Les liaisons vers la capitale étaient au point mort en matinée, la ligne Ostende-Eupen n'étant pas desservie. La liaison entre Knokke-Blankenberge et Hasselt et Tongres accusait elle des retards, alors que les trains entre Louvain et Bruxelles étaient aussi retardés.

La connexion vers Namur était néanmoins assurée, et les trains depuis et vers Anvers suivaient l’horaire habituel.

Un Thalys en direction de Paris a été bloqué durant près d'une heure en gare de Liège-Guillemins mais a pu reprendre sa route après que les grévistes aient quitté les voies. Un autre Thalys à destination d'Essen (Allemagne) accusait quant à lui un retard de 35 minutes.

Pour suivre de près les conséquences de cette action de protestation spontanée, il est conseillé de consulter le site www.railtime.be. Des perturbations étaient encore attendues à l'heure de pointe en début de soirée.

"Cafouillage"

Un peu plus d'un conducteur sur trois travaillait ce mardi matin (onze sur 29 à Liège, quatre sur treize à Welkenraedt et trois sur quatre à Liers).

Ce mouvement de grogne intervient au lendemain de la grève menée par les conducteurs de train à Charleroi-Sud. Ces derniers ont débrayé vers 03h15 lundi pour protester notamment contre le manque de clarté dans l'accord du nouveau gouvernement sur l’avenir des chemins de fer belges et le "cafouillage" lors de l’annonce des budgets dont disposera la SNCB dans les prochaines années.

L’organisation des voyageurs TrainTramBus a affirmé comprendre l’inquiétude du personnel de la SNCB à propos des plans d’économies du gouvernement fédéral, mais estime que ce dernier doit cesser les actions de grève sauvages.

"Nous sommes très déçus des grèves spontanées. Nous avons invité les syndicats pour discuter d’une attitude commune à prendre envers le gouvernement. Mais nous n’avons toujours pas reçu de réaction. Le résultat est que les voyageurs sont maintenant à nouveau touchés par les actions sauvages", regrettait Jan Van Severen, porte-parole de TrainTramBus.