Les transports perturbés par des actions policières

Le SLFP Police (Syndicat libre de la Fonction publique) a organisé quatre actions vendredi en vue de protester contre le relèvement de l'âge de la pension des policiers, de 58 à 62 ans. Deux actions ont débuté en matinée au Brussels Airport et à Zeebrugge, une autre a été menée au départ des trains à grande vitesse Eurostar et la dernière s'inscrit dans le cadre du Sommet européen.

Une grève du zèle a été initiée en matinée à Brussels Airport. Les contrôles à l'embarquement dureront deux fois plus longtemps que prévu. "Il faut compter entre 2 et 3 minutes par passager, au lieu d'une", a indiqué Vincent Gilles, président national du SLFP Police.

Les autorités aéroportuaires conseillent aux voyageurs de se rendre à l'aéroport une heure plus tôt que prévu.

Des difficultés étaient également observées au port de Zeebrugge où une action similaire a débuté vers 6h00 et concerne tant les voyageurs que les transporteurs qui empruntent les ferries à destination de l'Angleterre. Des files de plusieurs kilomètres étaient recensées vers 9h00 mais l'action ne devrait pas se prolonger toute la journée, selon M. Gilles.

Dans l'après-midi, un mouvement de zèle a été lancé au terminal Eurostar à Bruxelles-Midi. "Nous procédons à de plus importantes vérifications d'identité", souligne le syndicaliste libéral Jochen Vrancken. Une importante file de passagers s'est ainsi formée en fin d'après-midi. Si les trains démarrent encore à l'heure, certains voyageurs ne sont toutefois pas parvenus à monter à bord, n'étant pas arrivés à temps aux contrôles. Ils auront toutefois la possibilité de prendre le prochain train. 

Notons que le syndicat a également profité de la tenue du Sommet européen pour exposer ses revendications. Une action concernait notamment les motards chargés des escortes pour ce Sommet.

"Nous demandons que l'âge actuel de la pension soit maintenu, que notre profession soit reconnue comme un métier lourd et que notre statut reste inchangé", a précisé un responsable syndical.

Les syndicats policiers ont rencontré le ministre de l'Intérieur Jan Jambon mardi et une nouvelle réunion est prévue le 12 novembre. Un préavis d'actions court jusqu'au 5 janvier et d'autres mouvements ne sont donc pas exclus.