328 cellules inoccupées dans les nouvelles prisons

Quelque 328 cellules seraient actuellement inoccupées dans les nouvelles prisons de Beveren en Flandre occidentale et de Leuze en Hainaut. Ces établissements seraient sous-utilisés. Le personnel pénitentiaire et les syndicats pointent du doigt le gouvernement sortant.

La prison de Beveren a encore de la place pour héberger 96 détenus. Mais à Leuze (petite photo), il reste 242 places libres, la toute nouvelle prison hennuyère héberge ainsi actuellement quelque 70 détenus alors qu'elle peut, théoriquement, en accueillir 312, l'information est révélée ce jeudi dans le quotidien De Standaard.

"La cause de cette surprenante sous-utilisation serait à chercher dans l'actuelle pénurie d'agents pénitentiaires, elle-même imputable aux limitations des recrutements imposées par les autorités fédérales", déclare Laurent Sempot, le porte-parole de l'administration pénitentiaire.

Il y a donc actuellement trop peu de gardiens pour assurer la pleine occupation des prisons de Beveren et de Leuze-en-Hainaut.

La situation est d'autant plus regrettable que la surpopulation carcérale demeure importante, même si elle a sensiblement diminué ces derniers mois. On recense toujours 11.300 détenus pour 10.116 places.

Laurent Sempot souligne que le processus pour remplir les prisons est engagé. "On est en train de remplir les prisons mais cela prendra un peu plus de temps que prévu pour qu’elles soient complètement opérationnelles".

"Depuis l’ouverture des deux nouvelles prisons, on avait toujours déclaré que leur remplissage prendrait du temps. C’est un fait que suite à une série de mesure, ce remplissage a pris du retard. Le fait qu’il y ait encore actuellement des places libres est tout à fait normal."

"Actuellement il ne se passe rien"

Pour les syndicats la mise en service des deux nouvelles prisons ne se déroule pas du tout comme prévu. "Nous avions prévenu depuis longtemps que la Justice devait engager du personnel supplémentaire pour les nouvelles prisons" déclare Filip Dudal (photo) du syndicat chrétien ACV.

"S’il est exact que le remplissage doit se faire par étapes, nous avions prévenu depuis des années qu’il fallait prévoir suffisamment de recrues et à temps. Ils ont échoué. Ce n’est certainement pas la faute de l’actuel ministre de la Justice Koen Geens (CD&V) mais bien de son prédécesseur Annemie Turtelboom (Open VLD).

Pour Filip Dudal, il y a suffisamment de candidats pour occuper les postes de gardiens. Il parle d’une réserve de 3.000 personnes. "Certains attendent déjà depuis plus de deux ans de pouvoir passer les examens. Et il y a aussi de nombreuses personnes qui ont réussi les examens mais n’ont toujours pas été engagées".

Selon les syndicats, il manque une quarantaine de personnes à Beveren et de 100 à 150 à Leuze. "Le problème actuellement est qu’il ne se passe rien alors que les réserves de recrutement existent".