Ce qui change ce 1er novembre

L’Autorité belge de la Concurrence pourra infliger de plus lourdes amendes aux entreprises qui se seront rendues coupables d’infractions aux règles de la concurrence. Les Belges qui possèdent un compte à l’étranger devront communiquer à la BNB des informations supplémentaires sur ce compte. Et c’est ce 1er novembre que la nouvelle Commission européenne présidée par Jean-Claude Juncker entre en fonction.

Les entreprises actives en Belgique seront désormais sanctionnées selon une même méthode de calcul, que l’instruction soit menée par l’Autorité belge de la concurrence ou par la Commission européenne (DG Concurrence).

En pratique, le principal changement sera une pénalisation plus lourde des entreprises qui se sont rendues coupables d’infractions de longue durée aux règles de concurrence.

L’Autorité belge de la concurrence pense que ces nouvelles amendes auront un effet dissuasif, elles seront infligée pour tous les dossiers futurs ou qui sont toujours en cours.

Déclarer un compte à l'étranger ne suffit plus

Les Belges qui possèdent un compte à l’étranger devront en communiquer le numéro mais aussi l’institution et le pays au Point de contact central de la Banque nationale de Belgique.

Tous les contribuables qui ont fait ou feront état d’un compte à l’étranger dans leur déclaration pour les exercices d’imposition 2012, 2013 ou 2014 recevront une lettre du fisc, à partir de ce 1er novembre, les invitant à communiquer à la BNB des informations supplémentaires sur ce compte. Selon des chiffres du SPF Finances, 96.254 Belges étaient concernés pour l’exercice d’imposition 2012.

La Commision Juncker entre en fonction

La nouvelle Commission européenne présidée par Jean-Claude Juncker est entrée en fonction samedi, et se mettra véritablement au travail lundi avec pour priorité la relance de la croissance et l'emploi.

"Maintenant, il faut relever nos manches et se mettre au travail", a déclaré M. Juncker dans un communiqué marquant le début de son mandat de cinq ans. "Les défis de l'Europe ne peuvent pas attendre", a-t-il affirmé en promettant de lui donner "un nouveau départ".

Le conflit en Ukraine, qui domine l'agenda de la Commission depuis des mois, va rester au coeur de ses préoccupations, alors que les rebelles prorusses organisent dimanche des élections dans l'Est séparatiste, que la Russie a promis de reconnaître.

Après le week-end de la Toussaint, Jean-Claude Juncker et les 27 autres membres de l'exécutif européen s'installeront dans l'immeuble du Berlaymont, le siège de la Commission.