Bruxelles : plan global contre le chômage des jeunes

Le gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale a approuvé vendredi un plan global pour réduire le chômage des jeunes, alors que plus de 30% des citoyens bruxellois de moins de 25 ans sont sans emploi. Nombre d’entre eux n’ont pas non plus de diplôme. Le plan d’activa des jeunes impliquera la collaboration du gouvernement bruxellois avec différents offices de l’emploi du pays - le VDAB en Flandre, le Forem en Wallonie et Actiris à Bruxelles.
ImageGlobe

Les acteurs de l'emploi et de la formation en Région bruxelloise s'activent à rendre pleinement opérationnelle en 2015 la garantie emploi destinée à offrir aux jeunes gens de la capitale, sortant de l'école, soit un emploi, soit une formation, soit un stage, ont indiqué le ministre régional de l'Emploi, Didier Gosuin (photo), et les opérateurs publics de l'emploi et de la formation.

Malgré une légère amélioration, le taux de chômage concernait toujours près d'un jeune sur trois en Région bruxelloise en octobre dernier. En 2013, la Commission européenne a encouragé les états-membres à adopter un dispositif baptisé "garantie emploi jeunes" pour leur permettre d'accéder au marché de l'emploi, dès que possible, à leur sortie du système éducatif.

A Bruxelles, la moitié des 12.000 jeunes qui sortent de l'école chaque année se retrouvent toujours sans emploi 6 mois après leur inscription chez Actiris, l’office de l’emploi bruxellois. Le gouvernement régional s'est engagé à leur proposer, dans le cadre du dispositif bruxellois de la garantie jeunes, 3.000 formations, 2.000 stages et 1.000 emplois par an.

Il a mis le paquet dans un contexte budgétaire étriqué: près de 20 millions d'euros pour 2015, sans avoir encore vu le moindre euro de l'Europe sur la table. La formation néerlandophone se verra quant à elle consacrer 4 millions d'euros pour 2014 et 2015.

Selon le directeur général d'Actiris, Grégor Chapelle, 136 conseillers de l'opérateur bruxellois de placement des chômeurs recevront exclusivement le public jeune, à raison de trois après-midis par semaine pour leur permettre de disposer d'un projet professionnel, d'un CV et d'une lettre de motivation, à partir de janvier. Chaque conseiller gérera un portefeuille de jeunes gens auxquels il devra fournir une solution dans les six mois.

Bruxelles Formation créera de son côté 1.000 places de formation supplémentaires, consacrées à des remises à niveau et à des formations qualifiantes. Les conditions d'accès au stage en entreprises seront assouplies. Et enfin, quelque 125 postes de travail seront créés dans les organismes publics dans le cadre des conventions premier emploi.