Le dopage sportif plus sévèrement puni en Flandre

Le gouvernement flamand a approuvé un nouveau décret avalisant les modifications au Code mondial anti-dopage, pour 2015. Les sanctions seront ainsi renforcées, alors qu’entraîneurs et entourage pourront aussi être sanctionnés. Le ministre flamand des Sports, Philippe Muyters, espère que la nouvelle règlementation dissuadera davantage de sportifs.

En Belgique, la question du dopage est régionalisée. Le gouvernement flamand a approuvé ce vendredi le projet de décret avalisant les modifications au Code mondial anti-dopage de l'AMA, l'Agence mondiale anti-dopage, pour 2015.

Le Code a été refaçonné en 2013, pour sa troisième version, et adopté déjà en novembre 2013 par le gouvernement flamand. Ce sont cette fois les modifications qui ont reçu l'aval du côté néerlandophone du pays.

Philippe Muyters (photo), ministre flamand des Sports et expert au sein de la Foundation Board de l'AMA, estime que les modifications permettent une avancée. Il est "plus sévère, mais plus judicieux et plus convivial."

Parmi les modifications approuvées, la sanction pour une infraction grave ne sera plus de deux, mais bien de quatre ans de suspension. Et la période de conservation des échantillons passera de 8 à 10 ans.

Les entraîneurs et l'entourage pourront aussi être sanctionnés en matière de dopage. Si un athlète collabore avec un sportif qui s’est rendu coupable de dopage, il risquera la suspension.