"Pas de manifestation le 24/11 à Anvers, mais une grève"

Contrairement à ce qu’ont déclaré notamment le bourgmestre anversois Bart De Wever (N-VA) et la députée européenne Kathleen Van Brempt (SP.A), ce n’est pas une manifestation mais des piquets de grève dans des entreprises qui seraient prévus à Anvers le 24 novembre. C’est ce qu’affirme Dirk Schoeters, secrétaire général du syndicat socialiste de la région d’Anvers. Les risques de débordements, comme on en a vécu à l’issue de la manifestation de jeudi à Bruxelles, s’amenuisent donc.

Ce sont les dockers anversois qui ont pourtant mis en garde, ces derniers jours, contre la "fureur" qui pourrait être exprimée lors de la journée d’action le 24 novembre à Anvers. "Ce sera une autre paire de manches. Nous serons alors dans notre ville portuaire et je crains que ce sera encore plus violent qu’à Bruxelles, où nous avons participé sagement à la manifestation", déclaraient certains.

A quoi le bourgmestre anversois Bart De Wever (N-VA, photo) avait répondu qu’il ne laisserait pas la manifestation dans sa ville dégénérer. La parlementaire européenne Kathleen Van Brempt (SP.A) parlait également d’une manifestation, et soulignait que le déroulement de celle-ci dépendrait de l’attitude du bourgmestre De Wever.

Mais il semble maintenant qu’aucune manifestation n’ait été prévue à Anvers le 24 novembre. "C’est un jour de grève, pendant lequel nous placerons des piquets de grève dans des entreprises", expliquait ce mardi dans l’émission matinale "De Ochetnd" de la VRT (Radio 1) Dirk Schoeters, secrétaire général du syndicat socialiste de la région d’Anvers. "Il n’y a pas de manifestation prévue. C’est ce qui a été convenu en front commun syndical et ce qui a été communiqué à la police".

Tout le monde peut-il alors garer sa voiture dans le centre de la ville ou le long des quais anversois, sans craindre des actes de vandalisme ? "Je ne peux pas prévoir les faits, mais nous essayons d’organiser une journée de grève correcte et responsable. Nous voulons exprimer la protestation générale d’une façon claire, mais digne. Jeudi, nous nous réunirons d’ailleurs à ce sujet avec la police anversoise".