Un autre dossier d’abus sexuel crée la controverse

Le diocèse de Bruges fait à nouveau l’objet de critiques, avec la révélation d’un troisième cas d’abus sexuels sur des mineurs d’âge par un prêtre. Ce dernier avait fait l’objet de plaintes en 2010, pour des faits remontant aux années 1980, mais est encore toujours autorisé à travailler au Brésil avec des enfants de la rue.

Un prêtre qui enseignait dans les années 1980 dans une école secondaire catholique à Bruges (Flandre occidentale), aurait abusé à l’époque de deux écoliers. Le parquet de Bruges a confirmé que deux plaintes indépendantes ont été déposées à ce sujet en 2010.

Le parquet n’a pu intervenir immédiatement, étant donné que le prêtre en question résidait entretemps de longue date déjà au Brésil. Il y était actif en tant que missionnaire. "A l’époque, j’ai moi-même fait rentrer cet homme en Belgique", réagit l’évêque Jozef De Kesel dans les pages du quotidien Het Nieuwsblad. "Il a d’ailleurs été étendu par la justice".

Le parquet confirme cette information, mais avait dû à l’époque déjà constater que les faits étaient prescrits. "Nous ne pouvons donc faire de communication à propos de l’abus sexuel et du fait qu’il ait pu être prouvé ou non".

A l’heure actuelle, le prêtre brugeois réside à nouveau au Brésil, où il travaille encore toujours avec des enfants de la rue. Interrogé dans l’émission "Terzake" de la VRT, jeudi soir, l’évêque De Kesel a affirmé n’avoir pas été immédiatement au courant d’autres dossiers d’abus sexuels par des prêtres. Ce vendredi matin, le porte-parole de Jozef De Kesel a déclaré à la VRT que "l’évêque va étudier le dossier ce matin".

Manu Keirse de la Commission interdiocésaine pour la protection des enfants et des jeunes, souligne que l’évêque brugeois avait mis son collègue brésilien au courant des faits dont se serait rendu coupable le prêtre qui a émigré au Brésil. "Ce sont des faits qui datent de bien avant l’arrivée de Monseigneur De Kesel, mais il a pris la responsabilité d’informer l’évêque au Brésil", concluait Manu Keirse.

Trois dossiers en deux semaines

En à peine deux semaines, c'est la troisième fois qu'un cas d'abus sexuel vient entacher le diocèse de Bruges. Fin octobre, l'évêque de Bruges avait permis à un prêtre de Middelkerke, condamné en 2009 pour faits de mœurs, à officier à nouveau au sein de trois paroisses de Middelkerke à partir du 1er novembre. Mais le collège échevinal de la cité balnéaire a fait part de sa préoccupation. Et le prêtre a finalement renoncé à ses fonctions.

Quelques jours plus tard, la VRT révélait également que l'évêque Jozef De Kesel avait suspendu un curé ayant abusé, en 2002, d'un jeune garçon de 17 ans 18 mois seulement après qu'une enquête judiciaire ait été ouverte.