Les syndicats se félicitent du succès des grèves tournantes

Les syndicats se disent satisfaits de la mobilisation dans les différents secteurs d’activité pour ce premier jour de grèves tournantes en provinces d’Anvers, du Limbourg, du Hainaut et du Luxembourg. Le port d’Anvers est totalement paralysé. Le réseau flamand d’entreprises Voka nuance le succès et craint ses conséquences pour l’économie. On parle d’une perte de 2 milliards d’euros.

Les syndicats ont qualifié les grèves tournantes de ce lundi dans quatre provinces de "grand succès" et se sont déclarés très contents de la mobilisation dans les divers secteurs d’activités. Ils ont néanmoins reconnus que l’action aurait des conséquences néfastes pour l’économie, tout en affirmant que les mesures d’économies imposées par le gouvernement fédéral les obligeaient à pareilles protestations. "Nous continuerons à agir, tant qu’il n’y aura pas de concertation sociale digne de ce nom", déclarait Rudy De Leeuw.

Le syndicat ACOD soulignait que l’activité était à l’arrêt dans les ports, non seulement à Anvers, mais aussi à Zeebrugge et Gand. "Dans les crèches et l’enseignement on a fait grève en masse. Dans le Limbourg, il est même question d’une grève historique chez De Lijn, parce que même les conducteurs des exploitants privés des bus de la société régionale de transports en commun ont arrêté le travail".

Les employeurs ont néanmoins tempéré cet enthousiasme, soulignant notamment les pertes économiques qu’entraînent les grèves tournantes. L’organisation Agoria les chiffre à 2 milliards d’euros, si l’on compte l’ensemble des manifestations et grèves de cet automne. Le réseau flamand d’entreprises Voka estime que les pertes pour ce lundi dans le Limbourg se chiffrent à 6 millions d’euros.

Et les employeurs ont nuancé les faits, soulignant que dans beaucoup de secteurs d’activités et d’entreprises une grande majorité de travailleurs étaient au poste ce lundi. Notamment dans les entreprises privées.

Quelques incidents

Alors que l’heure de pointe du soir était également largement perturbée par les grèves tournantes dans la plupart des transports en commun des provinces concernées, des petits incidents se sont produits pendant la journée.

A Anvers, quatre émeutiers ont été interpellés, alors qu’ils jetaient des pierres sur une voiture. A l’aéroport de Charleroi, un automobiliste luxembourgeois a foncé sur un piquet de grève. Un gréviste a été blessé et le conducteur a été arrêté.

Un manifestant a aussi été blessé lors d'un accrochage survenu devant le parc industriel de Aye, à Marche-en-Famenne.

D’autre part, la SNCB a annoncé que tous les voyageurs touchés par les grèves n'obtiendront pas une compensation. Les voyageurs recevront une compensation si leur train a été retardé d'au moins une heure, mais la SNCB n'acceptera pas les demandes de compensation si le billet a été acheté après l'annonce publique de la grève (le 28 octobre).

Les personnes qui ont un abonnement recevront une compensation si leur train a été supprimé ou s'il a enregistré un retard de plus de 60 minutes. Les voyageurs doivent introduire leur demande de compensation via le site internet de la SNCB.