Le réacteur Tihange 3 à l’arrêt

Un incendie s’est déclaré ce dimanche matin à côté de la centrale nucléaire de Tihange, près de Huy (province de Liège). Des câbles électriques ont pris feu. Le groupe français GDF Suez, auquel appartient la centrale exploitée par Electrabel, indique sur son site internet que le réacteur est à l’arrêt de façon imprévue depuis 10h32.

Les pompiers se sont rendus vers 10h30 sur le site de la centrale nucléaire de Tihange (province de Liège), à la suite d'un incendie. Le bourgmestre de Huy, Alexis Housiaux, a indiqué vers midi qu'un des trois transformateurs avait explosé sur le site de la centrale, ce qui a provoqué l'incendie.

La cause de l'incident est encore inconnue. Le réacteur 3 de la centrale s'est automatiquement mis à l'arrêt vers 10h30. Sur son site internet, le groupe français Gaz de France Suez précise que  Tihange 3 est fermé de façon imprévue depuis 10h32.

Tihange 3 possède une capacité de plus de 1.000 mégawatts (MW).

Le gestionnaire du réseau de transport d'électricité à haute tension national Elia assure de son côté que la mise à l'arrêt du réacteur nucléaire Tihange 3 ne créera pas de problème d'approvisionnement en électricité ce dimanche.

La charge du réseau est en effet faible un tel jour, a expliqué Barbara Verhaegen, la porte-parole d'Elia. Des coupures ne sont cependant pas exclues si la mise à l'arrêt du réacteur devait se prolonger, a-t-elle aussi laissé entendre.

Apparemment une cause technique

Les premières constatations menées après l'incendie dans un poste haute tension sur le site de Tihange 3 n'indiquent aucune interaction humaine mal intentionnée. "Les premiers éléments font état d'une cause technique", a expliqué ce dimanche la porte-parole d'Electrabel, Geetha Keyaert.

Il ne serait dès lors pas question de sabotage, comme dans le cas du réacteur de Doel 4, mis à l'arrêt depuis le mois d'août.

Le feu, qui a touché un transformateur d'intensité, a automatiquement fait cesser l'activité du réacteur de Tihange 3. On ignore encore quand celui-ci pourra redémarrer.

Electrabel confirme que l'incident n'a provoqué "aucun impact sur la sûreté nucléaire et sur la sécurité des collaborateurs et des riverains du site". Contrairement à ce qui a été dit dans un premier temps, l'incendie n'avait toujours pas cessé vers 13h30, mais son ampleur est limitée. "Les pompiers sur place n'interviennent en effet pas tant que l'isolation de la haute tension est garantie." Electrabel confirme également que l'incendie est limité et qu'aucun risque d'extension au-delà de l'équipement n'est à signaler.

Des techniciens ont été dépêchés sur place pour déterminer l'origine de l'incendie et préparer les travaux de réparation. Des inspecteurs de l'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) sont également présents pour vérifier le respect des procédures.