La coalition internationale contre l’EI sollicite la Belgique

La Belgique a reçu une demande officielle de la coalition internationale pour envoyer des militaires au sol en Irak, dans le but d’entrainer et de conseiller les forces irakiennes dans la lutte contre les djihadistes de l’Etat islamique. Le ministre de la Défense Steven Vandeput (N-VA) va présenter la requête au conseil des ministres, afin que le gouvernement puisse prendre une décision.

C’est l’ancien Premier ministre belge, Elio Di Rupo (PS), qui avait reçu le premier une demande officielle d’aide de la part de la coalition internationale contre l’EI, lors du sommet des Nations Unies à New York à l’automne. La requête avait ensuite été réitérée par l’ambassadrice américaine en Belgique.

Lundi soir, le général américain James Terry avait signalé que la coalition internationale anti-djihadiste était prête à déployer 1.500 hommes en Irak, sans préciser quels pays allaient contribuer à cette opération terrestre. D'après une porte-parole du ministre de la Défense Steven Vandeput (N-VA, photo), la Belgique "a reçu une demande officielle" de la part de la coalition pour prendre part à cette nouvelle opération.

Le nombre de militaires belges qui pourraient participer à cette opération n'est pas encore défini. Le cabinet du ministre de la Défense, Steven Vandeput, a indiqué à la rédaction de la VRT qu’il pourrait s’agir d’une cinquantaine de soldats. "Il s’agit bien d’une mission d’entrainement et de conseil pour l’armée irakienne. Les Belges ne seront donc pas confrontés directement à l’Etat islamique", souligne le cabinet de la Défense.

Avant de se pencher sur cette question, la demande générale doit être approuvée par le gouvernement. Elle sera à l'ordre du jour du prochain Conseil des ministres prévu, normalement, vendredi.

En déplacement à Moscou, le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders (MR, photo) a indiqué ce mardi qu'il serait "possible d'envoyer quelques dizaines de formateurs belges en Irak. Mais il n'est pas question d'envoyer des troupes pour se battre sur place", a néanmoins insisté Reynders. "Il faut attendre la décision de la Défense."

Le chef de la diplomatie belge a affirmé que le sujet avait déjà été abordé lors d'une rencontre de la coalition la semaine dernière. La Belgique avait alors fait part de sa disponibilité pour fournir des formations en Irak. Notre pays a déjà fourni des avions de combat F-16 pour des missions en Afghanistan contre l’Etat islamique.